Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites La campagne de sensibilisation à la problématique des tiques

La campagne de sensibilisation à la problématique des tiques

27 mars 2018 | Question écrite de I. MOINNET au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


La question des tiques, et des risques liés à la maladie de Lyme, est un sujet qui revient chaque année au début du printemps.

Sans trop aborder les détails sanitaires en lien avec la maladie de Lyme, la sensibilisation aux tiques doit continuer à être active dans notre région. En effet, via les camps, les clubs de marche, de jogging ou autres, de nombreux citoyens vont être prochainement en contact avec ces acariens. L’augmentation de ceux-ci dans nos régions a été avérée ; nous en retrouvons désormais en quantité dans les jardins et parcs, et ce, en plus des zones boisées.

Il est évident que ce sujet doit être abordé avec la plus grande précaution afin de ne pas exagérer les risques médicaux. Cette thématique fait également l’objet d’une médiatisation annuelle, d’où l’importance d’une communication collégiale et homogène de la part des pouvoirs publics.
Avez-vous l’intention de prolonger les actions de sensibilisation existantes ? Sous quelle forme ?

Existe-t-il des collaborations en matière de sensibilisation et d’information entre les différents niveaux de pouvoir et leurs administrations (L’ISP pour le Fédéral-L’AVIQ et la CPES pour le Régional) ?
La Wallonie adopte-t-elle une position commune en matière de sensibilisation et d’information en direction du grand public ?
Quelles sont vos liens avec les ASBL œuvrant dans ce domaine ?

D’avance je vous remercie pour vos réponses,

 

Réponse de la Ministre A. GREOLI le 19/04/2018
 

Concernant la problématique des tiques, nous soutenons à la fois le suivi épidémiologique rapproché de la maladie de Lyme et les associations qui œuvrent à la prévention de risques liés à la morsure des tiques.

Concernant la surveillance, il faut savoir que la maladie n’est pas, comme on l’entend parfois, en recrudescence en Région wallonne. Après une augmentation en 2013 et 2014, le nombre de résultats positifs pour Borrelia burgdorferi, pathogène à l’origine de la maladie de Lyme, rapportés par le réseau sentinelle des laboratoires vigies a retrouvé en 2015 le niveau des années antérieures. L’incidence rapportée est la plus élevée chez les personnes âgées de 45 à 64 ans, et surtout dans les provinces d'Anvers, du Brabant et du Luxembourg. Les résultats de ce réseau sentinelle sont d’ailleurs confortés par les premiers résultats du site web www.tiquesnet.be sur lequel la population peut encoder les morsures de tiques à titre individuel. TiquesNet est un projet de l’Institut Scientifique de Santé publique soutenu par la Wallonie dont le but est de mesurer combien de personnes sont mordues par des tiques ; dans quelles régions les morsures de tiques sont les plus fréquentes et combien de personnes consultent un médecin après une morsure ? En recueillant ces données, une cartographie plus précise pourra être fournie sur la période et les zones d’activité des tiques en Belgique, ce qui permettra aux personnes potentiellement exposées aux morsures de tiques de prendre les mesures de prévention adaptées.

En ce qui concerne la prévention de la maladie, la meilleure action reste la diminution des morsures de tiques. À ce propos, l’AViQ a produit un flyer et une affiche qui ont été notamment distribués aux médecins généralistes, pharmacies et mouvements de jeunesse - et également disponibles en ligne- pour prodiguer les meilleurs conseils pour prévenir les morsures et les meilleurs réflexes en cas de morsure. Par ailleurs, de nombreuses informations sur la maladie de Lyme sont disponibles sur le web sous forme de fiches élaborées par l’AViQ en collaboration avec l’Institut de Santé. Une fiche d’information à l’usage des médecins déclarants a également été réalisée et mise en ligne.

L’ASBL ARC est également soutenue par la Wallonie pour des actions de prévention et de sensibilisation sur les tiques. Ils publient des brochures de prévention à destination des adultes et des enfants ainsi que des affiches. Cela est envoyé aux communes, aux marches Adeps, aux pharmacies, via des newsletters, réseaux sociaux, etc. Ils organisent et participent aussi à des conférences et collaborent avec des ASBL de sensibilisation à la maladie de Lyme en Wallonie. L’ASBL compte prolonger ce type de campagne en 2018.

Même en absence de grandes campagnes de sensibilisation, la maladie de Lyme est régulièrement sujette à communiqués, articles et reportages dans les médias. Les informations sur les modes de prévention sont également disponibles sur différents sites Internet tels que TiquesNet que nous soutenons pour aussi pour le développement du site Internet et d’une application pour téléphone mobile, ciblant plus les jeunes.

 

 

Actions sur le document