Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites La dangerosité du glyphosate

La dangerosité du glyphosate

29 février 2016 | Question écrite de J. ARENS au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 

La nocivité du glyphosate fait débat depuis que l’avis de l’OMS a été contesté par l’EFSA. Il s’agit de savoir si le glyphosate est cancérogène. En France, l’Etat a saisi l’Agence de sécurité sanitaire pour obtenir un avis tiers. D’après l’instance, le fait de suspecter le glyphosate d’être cancérogène se justifie et peut être discuté.

De votre côté, vous avez toujours insisté sur le fait que les résultats distincts obtenus par l’OMS et l’EFSA l’étaient parce que les formules analysées n’étaient pas les mêmes : l’OMS a analysé la formule finale, vendue dans le commerce : glyphosate + adjuvants (RoundUp). L’EFSA a rendu un avis sur la seule molécule glyphosate. Vous appelez donc à la prudence.
Monsieur le Ministre,
Vous avez récemment déclaré : « le glyphosate doit être de toute façon interdit pour les particuliers qui en font souvent mauvais escient (surdose, protection inadéquate,..). L’avant-projet de décret modifiant le décret du 10 juillet 2013 instaurant un cadre pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable adopté par le Gouvernement wallon le 23 juillet dernier est une première étape pour aller dans ce sens ».
Quelles seront les autres étapes ? Quelles sont les marges de manœuvre de la Région wallonne ?
Vous avez déclaré que le Ministre Borsus ne rencontrait pas vos inquiétudes concernant le glyphosate. L’avez-vous relancé à ce sujet ? Le fait que la France interdise la mise en vente des composés intégrant du glyphosate dès mars 2016 est un argument important. Qu’en pensez-vous ?
Que répond le Ministre Borsus sur le fait que les conclusions de l’OMS et de l’EFSA ne sont pas comparables dès lors qu’elles n’analysent pas la même matière : un composé n’étant pas une molécule ?
Etes-vous en concertation avec votre homologue en charge de l’Agriculture à ce sujet ?

Je vous remercie

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO le 03/03/2016

 

La Région wallonne est compétente pour réglementer l’utilisation des pesticides. La Région wallonne a déjà mis en place de nombreuses mesures de diminution des produits phytopharmaceutiques par les communes pour aboutir eu zéro-phyto en juin 2019 dans tous les espaces publics.

Pour les particuliers, le glyphosate doit être de toute façon interdit, car ceux-ci en font souvent mauvais escient (surdose, protection inadéquate,..). L’avant-projet de décret modifiant le décret du 10 juillet 2013 instaurant un cadre pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable adopté par le GW le 23 juillet dernier est une première étape pour aller dans ce sens.

Je salue la ministre de l’écologie française qui a demandé, ce vendredi 12 février 2016, à l’Agence de sécurité sanitaire le retrait des autorisations de mise sur le marché des herbicides contenant du glyphosate mélangé à des adjuvants à base d’« amines grasses de suif », qui présentent des risques pour la santé.

J’ai interpellé le Ministre fédéral pour lui exprimer ma volonté d’interdire la mise en vente du glyphosate aux particuliers, il m’a répondu qu’il s’en référerait à la décision européenne. Je vais de nouveau l’interpeler pour attirer son attention sur le fait que le rapport du CIRC de l’OMS évalue des formulations qui correspondent aux produits utilisés, et que justement les états membres peuvent interdire certaines formulations. J’insisterai dès lors auprès de lui pour que, comme la ministre de l’écologie française vient de le faire, il procède au retrait des autorisations de mise sur le marché des herbicides contenant du glyphosate mélangé à des adjuvants à base d’« amines grasses de suif », qui présentent des risques pour la santé.

Actions sur le document