Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites L’impact de la chaleur sur les voiries

L’impact de la chaleur sur les voiries

06 août 2018 | Question écrite de M. VANDORPE au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


En mai 2017, j’avais interpellé votre prédécesseur sur la problématique des dégâts occasionnés aux voiries par les températures élevées. Dans sa réponse, le Ministre Prévot soulignait que ce phénomène touchait en particulier les tronçons réalisés suivant les recommandations ministérielles du 11 août 1981 du ministre des Travaux publics portant sur l’économie dans les travaux routiers. Cette dernière prescrivait, notamment, la réduction de l’épaisseur du béton, la diminution du taux d’acier et la suppression de la couche de base en enrobé hydrocarboné.

Si depuis lors cette technique a été abandonnée et que la qualité de nos chantiers fait l’objet d’une attention redoublée, nous continuons à subir les conséquences de ces décisions sur certains tronçons. C’est ainsi que les usagers qui empruntent la portion de la N511 qui relie l'embranchement de l'autoroute (E403 reliant Tournai et Mouscron) ainsi que le carrefour entre cette N511 et la rue du Pont-Bleu à Dottignies ont constaté que la chaussée s’est soulevée à plusieurs endroits provoquant de véritables cratères très dangereux pour les automobilistes.


Monsieur le Ministre :


- Un entretien d’urgence va-t-il être réalisé ?
- A plus long terme, une réfection en profondeur de ce tronçon est-il prévu ?
- Au vu des fortes chaleurs de ces derniers jours, une attention particulière est-elle portée à ce type de tronçons?

Je vous remercier pour vos réponses,

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO le 12/09/2018

Malgré la période de très fortes chaleurs connues lors de l’été 2018, peu de zones de revêtement se sont dégradées en Wallonie.

En effet, depuis de nombreuses années où ce phénomène est observé, la plupart des zones présentant des faiblesses ont été réparées.

En ce qui concerne la section de la N511 évoquée, le soulèvement a provoqué une dégradation localisée de la chaussée qui a été rapidement balisée. Dès le lendemain, mes services ont réalisé une réparation provisoire et la circulation a été rétablie. Une réparation durable en béton devrait être réalisée courant de ce mois de septembre, dans le cadre du marché d’entretien.

Il s’agit d’une structure en béton armé continu qui inclut une couche sandwich bitumineuse. Le soulèvement de chaussée est apparu à la suite d’une longue période de fort ensoleillement. Les matériaux constituant la voirie se sont donc dilatés de manière conséquente, induisant des efforts de compression importants dans le béton armé. À certains endroits qui présentent une résistance plus faible (joint de fin de journée par exemple), une différence géométrique (point singulier…) ou une légère variation de l’épaisseur des couches dans la structure, la concentration des efforts peut se manifester par un déplacement vertical et ainsi conduire à un soulèvement local de la chaussée.

Une surveillance préalable à une éventuelle dégradation des zones de joints de « fin de journée » a, dans un certain nombre de cas, permis de fermer à la circulation des voies susceptibles de se dégrader et qui présentaient des éclatements superficiels avant-coureurs. Cependant, ces mesures ne garantissent pas la maîtrise totale des événements : des défauts éventuels d’exécution n’apparaissent pas facilement en surface.

L’évolution enclenchée dans la conception des structures de chaussées ainsi que le contrôle plus précis de l’exécution diminuent le risque de répétition de ces désagréments.

Actions sur le document