Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites La création d’une banque du climat pour la Wallonie

La création d’une banque du climat pour la Wallonie

25 février 2019 │ Question écrite de B. DREZE au Ministre CRUCKE - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Lors de notre dernière Commission, nous avons reçu les jeunes représentantes de Youth for Climate pour un échange très intéressant.

C’est lors de cette audition que vous avez annoncé travailler sur une banque wallonne du climat, basée notamment sur le modèle écossais. Les modèles étrangers (Allemagne, France) sembleraient être des banques résultant d’alliances public-privé et qui investiraient dans des secteurs liés à la transition énergétique.

Cela semble une idée attrayante, dans le sens où nous savons tous que la transition climatique et énergétique demandera des investissements importants, qui demanderont des investissements à long terme.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous indiquer les projections en termes de coûts des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre prévues dans le Plan Energie-Climat ? A-t-on des projections chiffrées en termes de besoin en investissements pour notre climat ? Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce projet de banque climat ? Comptez-vous mobiliser le privé et le public pour cette banque ? Les outils publics wallons (SRIW, Sowalfin etc) vont-ils participer au projet ? Quelles seront les missions de cette banque et quel montage imaginez-vous ?

Je vous remercie, Monsieur le Ministre.

 

Réponse du Ministre CRUCKE le 06/03/2019

Résoudre la crise climatique nécessite une réorientation drastique des flux d’investissement de notre économie afin de mettre notre pays sur la voie d’une société bas-carbone. Je suis persuadé qu’investir dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables peut créer des dizaines de milliers d’emplois en Wallonie tout en nous permettant de nous affranchir des importations d’énergies fossiles qui atteignent, au niveau européen entre 300 et 400 milliards d’euros annuellement. Il ressort d’ailleurs d’une étude réalisée par Eurofound sur les implications de la transition sur l’emploi et la croissance du PIB que la Belgique est l’État membre qui bénéficiera le plus de cette transition en termes de croissance de l’emploi à l’horizon 2030 à hauteur de presque 1 %. Il en ressort par ailleurs que la Belgique arrive troisième dans le classement des États membres pouvant tirer profit de la transition, avec une croissance du PIB prévue à hauteur de 2 %. Cette transformation sera basée notamment sur l’innovation et la technologie ce qui devra permettre à nos entreprises de devenir leader et compétitives dans les nouvelles technologies bas-carbone.

Je souscris donc totalement à l’idée de créer une banque européenne du climat et un fonds européen climat (et biodiversité), car il y a urgence ! En effet, l’Europe a besoin de capitaux pour financer la transition au travers de prêts (ce serait le rôle de la banque), mais elle a également besoin d’un financement pour mettre en œuvre ces capitaux et pour subsidier une partie des dépenses, notamment au niveau de la recherche et de l’innovation.

Je suis par contre plus nuancé quant au fait qu’il faille créer une nouvelle institution, comme nous l’avons déjà fait au niveau international en créant le Fonds vert pour le climat il y a 8 ans. Cette nouvelle institution n’a pas encore permis jusqu’à présent de remplir pleinement ses missions et son rôle dans le financement climatique international. Je pense donc qu’il vaut mieux créer une nouvelle filiale entièrement dédiée aux investissements en matière de climat, au sein de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Je vais donc proposer au Gouvernement wallon de saisir le Comité de concertation afin de définir une position belge commune sur ce dossier et de la défendre activement au niveau européen.

Je voudrais maintenant m’attarder sur la situation en Wallonie :
- le Plan wallon Energie-Climat chiffre le coût des mesures additionnelles approuvées par le Gouvernement wallon en juillet 2018 pour les pouvoirs publics à 250 millions d’euros par an jusqu’en 2030 (en non-code 8), ce montant se rajoutant aux montants déjà mis en œuvre actuellement et pouvant bien sûr être revu à la hausse si nous décidons d’inscrire des mesures encore plus ambitieuses dans le Plan national Energie-Climat ;
- les besoins en investissement au niveau wallon sont, quant à eux, en cours d’évaluation.

Je voudrais par ailleurs rappeler à l’honorable membre qu’en Wallonie, une série d’instruments financiers tels que la SRIW, la SOGEPA, la SOWALFIN, et cetera, soutiennent déjà en partie des projets qui répondent à nos défis énergétiques et environnementaux. C’est notamment au travers de ces instruments financiers qu’une partie des recettes du Fonds wallon Kyoto est mise en œuvre. Cependant, ces instruments ne permettent pas dans leur forme actuelle de soutenir spécifiquement des projets très innovants (et donc plus risqués) et sur un plus long terme.

Face à ce constat, je déposerai prochainement au Gouvernement wallon une note visant à mettre en place un groupe de travail qui aura pour mission de réaliser un diagnostic des besoins d’investissements en Wallonie et des mécanismes financiers existants et de proposer de les adapter si nécessaire ou de créer un nouveau mécanisme de financement en Wallonie. Le groupe de travail devrait démarrer ses travaux d’ici à la fin mars.

Le nouveau mécanisme de financement devrait permettre à la Wallonie de financer des projets innovants nécessitant un financement stratégique patient, ainsi que d’accéder plus facilement aux fonds de la Banque européenne d’investissement. En effet, ce financement stratégique lent est déjà mis en œuvre par d’autres organismes financiers tels que la Kreditanstalt für Wiederaufbau (Kfw) en Allemagne (en français : Établissement de crédit pour la reconstruction), Bpifrance en France, Cassa Depositi e Prestiti (CDP) en Italie, ou la Green Investment Bank en Angleterre. La Banque écossaise pour le Climat, récemment créée, s’inscrit dans la même logique, en mettant l’accent sur les domaines à fort degré d’innovation. De par leur modèle de gouvernance particulier et de par leur type d’actionnariat (reprenant des capitaux publics et privés), le bilan de ces organismes est déconsolidé du bilan du Gouvernement et n’impacte pas le solde de la Région.

En conclusion, je confirme à l’honorable membre soutenir le Pacte finance climat au niveau européen et travailler à la mise en place d’une nouvelle structure en Wallonie qui sera le réceptacle ou le relais des financements européens et privés permettant la transformation nécessaire vers une société bas-carbone.

 

 

Actions sur le document