Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Le chômage économique dans le secteur de l’agro-alimentaire

Le chômage économique dans le secteur de l’agro-alimentaire

13 mars 2017│ Question écrite de I. STOMMEN à la Ministre TILLIEUX - Réponse disponible

Madame la Ministre,

 

De nombreux secteurs connaissent une évolution cyclique de leurs activités en fonction du calendrier, soit en raison des conditions naturelles et climatiques, soit d’une fluctuation prévisible de la demande et des habitudes de consommation. C’est bien entendu le cas du secteur du chocolat et ses dérivés, qui enregistre notoirement un pic en saison hivernale et tout particulièrement aux fêtes de fin d’année (la fameuse « trève des confiseurs »).


Les petits artisans du secteur doivent pouvoir adapter l’occupation de leur main-d’œuvre à cette réalité. Il me revient que l’ONEm a longtemps autorisé le recours au chômage pour intempéries puis au chômage économique, ce qui permettait aux travailleurs concernés de compenser partiellement leur perte de revenus aux saisons creuses et de conserver leur emploi. Les employeurs étaient assurés pour leur part de pouvoir conserver des collaborateurs ayant acquis l’expérience et le savoir-faire souhaitables en ce domaine.
Ces dernières années, cette possibilité ne leur est plus offerte et il n’y a d’autres choix que de se tourner avec des « contrats saisonniers », moins avantageux à tous égards, tant pour les travailleurs que les employeurs.


- Confirmez-vos cette évolution regrettable ?
- Dans le cadre de ses nouvelles compétences, notamment en matière de contrôle du chômage, la Wallonie dispose-t-elle de leviers pour améliorer la situation et offrir des conditions d’emploi adaptées aux besoins de cette spécialité qui nous est si chère et où excellent notoirement nos artisans wallons ?

Je vous remercie d’avance

 

Réponse de la Ministre E. TILLIEUX le 12/04/2017

 

Les conditions d’accès au chômage économique relèvent des compétences exclusives du fédéral en matière d’emploi. La Région wallonne ne dispose d’aucune compétence ou de levier qui permettraient d’assouplir la situation pour les travailleurs et employeurs relevant des secteurs qui connaissent d’importantes variations dans leur cycle de production et d’activités. Le contrôle de la disponibilité des demandeurs d’emploi n’a aucune incidence sur ces situations et ne s’applique pas en cas de chômage économique.

Des dérogations aux conditions d’accès au chômage économique peuvent être introduites auprès du Ministre fédéral de l’Emploi au départ de la Commission paritaire dont relèvent les travailleurs de ce secteur. Pour l’agroalimentaire, il s’agit de la Commission paritaire 118 pour les ouvriers et 220 pour les employés.

Actions sur le document