Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Le projet « Housing first »

Le projet « Housing first »

12 juillet 2018 | Question écrite de I. MOINNET à la Ministre Alda GREOLI - Réponse disponible

Madame la Ministre,


Vous avez récemment lancé en collaboration avec votre collègue Valérie De Bue, Ministre du Logement, le projet « Housing first ». Ce projet est une initiative favorisant la réinsertion sociale en donnant accès au logement à des personnes sans domicile fixe. Cette réinsertion se fait également à l’aide d’un accompagnement ad hoc et personnalisé.


Ce projet, qui est né à New-York, est présent actuellement dans 3 grandes villes wallonnes (Liège, Namur et Charleroi). Vous avez pris la décision d’étendre celui-ci à la ville de Mons.


Des personnes, « les capteurs logement », sont chargées d’effectuer le lien entre les locataires et les propriétaires afin d’assurer le respect du contrat de location et le bon déroulement de la relation.


Les résultats positifs des 3 premières villes amènent donc la Wallonie à étendre le projet à la ville de Mons. Ce type de projet se réalise via le financement d’un Relai social. Dans le cas de Mons, le Réseau social urbain sera soutenu à hauteur de 145.000€ par an.


Madame la Ministre, des projets sont-ils envisageables dans d’autres villes de Wallonie ?
Quelles sont les statistiques de « retour à la rue » ou non pour les 3 projets existants ?
Quelles conditions doivent respecter les Relais sociaux afin de bénéficier d’une prolongation des subsides ?


D’avance je vous remercie pour vos réponses,

 

Réponse de la Ministre A. GREOLI le 24/07/2018

Les quatre conventions actuelles du projet Housing First prévoient le suivi (social, sanitaire, psychologique et de logement) de 25 personnes au minimum avec un renouvellement de 20 % du nombre de personnes suivies par le dispositif au terme de la période de convention (3 ans à partir de 2016) et ce pour un montant annuel de 120 000 euros par projet Housing First et 25 000 euros pour le projet capteur logement.

Des projets sont tout à fait envisageables dans d’autres villes de Wallonie qui disposent d’un relais social, pour autant qu’une demande soit introduite et budgétisée.

Pour le projet de Liège, 90 % des bénéficiaires relogés depuis le début du projet sont toujours en logement.

Pour le projet de Charleroi, 88 % des bénéficiaires relogés depuis le début du projet sont toujours en logement.

Pour le projet de Namur, le taux de maintien dans le logement est de 89 %. Les sorties de projets sont liées à un décès, un passage en prison et deux retours en rue (nonobstant les personnes toujours en logement, mais qui se situent sur un autre arrondissement ou ne souhaitant plus d’accompagnement).

Les conventions pluriannuelles prévoient la possibilité d’une prolongation de celles-ci.

Actions sur le document