Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Le suivi de l’affaire Publifin

Le suivi de l’affaire Publifin

26 février 2019 | Question écrite de B.DREZE à la Ministre DE BUE - Réponse disponible

Madame la Ministre,


Le Vif est revenu sur Nethys et son administrateur-délégué. L’article épingle plusieurs faits troublants. On y lit que l’arrangement visant à diminuer son salaire, sans avenant au contrat, « ne dissipe pas le soupçon d’avantages cachés […] ou que des arriérés de salaire puissent être récupérés en cas de privatisation ». On y lit aussi qu’apparemment : « L’intéressé aurait fait passer le message qu’il renonçait à son parachute doré s’il pouvait partir avec élégance »…

Rappelons encore que le comportement de l’administrateur-délégué est mis en cause par plusieurs faits récents. On pense en vrac : au fait que celui-ci aurait placé une proche amie au sein d’une filiale d’Ogéo pour des prestations de plus de 906.000€ consistant pourtant en des réunions hebdomadaires non-obligatoires ; aux récentes révélations par des journalistes de l’Avenir quant à des tentatives de censure ; ou encore au fait que le management de Nethys n’a pas indiqué sa rémunération dans le cadre du cadastre des mandats, s’estimant protégé par un statut d’indépendant pourtant devenu illégal depuis le Décret Gouvernance…

Dans l’article du Vif, on évoque encore la restructuration du groupe et le fait que le sort du management sera l’ultime question. On ne voit pourtant rien venir depuis des mois…


Madame la Ministre, ceci appelle les questions suivantes :


1. La rémunération de l’administrateur-délégué de Nethys est-elle réellement conforme au plafond de rémunération? Y a-t-il un avenant au contrat ? Existe-t-il de possibles « avantages cachés ou arriérés de salaire » comme mentionnés dans le Vif?
2. Quand sera connu, une bonne fois pour toute, le nouveau cadre d’action de Nethys? Quelles filiales et sous-filiales, exactement, seront encore contrôlées majoritairement par Nethys? Lesquelles ne le seront plus? A quelle échéance?
3. En cas de privatisation, le fruit de la vente de participations sera-t-il réinvesti ou ristourné aux actionnaires (les pouvoirs locaux)?
4. Quand le management sera-t-il renouvelé?

D’avance, je vous remercie.

 

Réponse de la Ministre V. DE BUE le 19/03/2019

Lors de la commission parlementaire du 15 janvier dernier et de celle du 18 décembre 2018, j’ai fourni tous les éléments quant à l’évolution du Groupe Enodia-Nethys que les deux présidents des conseils d’administration ont confirmé par un communiqué de presse le 22 janvier dernier.

Comme je l’indiquais à nouveau, la réorganisation du groupe est entrée dans une phase décisive et sensible. Dans ce contexte, je dois exercer ma fonction en alliant fermeté, responsabilité et discernement. Il en va de la nature des intérêts en jeu et de l’importance économique, stratégique et sociale de l’entreprise Enodia pour la Wallonie. Je me permets dès lors de ne plus revenir sur des éléments qui ne contiennent aucune information nouvelle ou divergente.

Sur les questions qui ressortent de la parution d’un article de presse, ni moi ni mon cabinet n’avons échangé avec ce média. Par conséquent, je ne confirmerai ni n’infirmerai aucun des éléments avancés qui laisseraient à penser que je me suis exprimée sur le sujet.

Par ailleurs, aucun élément nouveau qui n’ait été débattu au sein de cette commission ne figure dans cet article. Je me permets dès lors de renvoyer l’honorable membre aux réponses que j’ai apportées lors des précédentes interpellations.

Actions sur le document