Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Le suivi de l’application des normes de gouvernance à Liège Airport

Le suivi de l’application des normes de gouvernance à Liège Airport

25 février 2019 | Question écrite de B. DREZE au Ministre CRUCKE - Réponse disponible

 
Monsieur le Ministre,


L’été dernier, en réponse à une question d’une collègue sur l’application des nouvelles normes de bonne gouvernance au sein des instances de Liège Airport, en particulier au sujet du respect par le directeur général du nouveau plafond de rémunération, vous indiquiez dans votre réponse que vous aviez pu confirmer, lors d’une entrevue, au management de Liège Airport qu’il devait appliquer le décret gouvernance.

Nous apprenions, il y a quelques jours, que suite à la décision du Conseil d’administration de Liège Airport de ramener le salaire de son directeur-général dans les limites de rémunération prévues, ce dernier avait entamé une action devant le tribunal du Travail contre Liège Airport afin de contester cette décision, pas sur le fond, mais sur son application unilatérale, sans indemnité et sans négociation.

Cette position laisse pour le moins dubitatif lorsque l’on sait que monsieur Partoune percevait plus de 420.000 euros par an et continuera de percevoir 260.000 euros, montant largement raisonnable pour l’immense majorité de nos concitoyens…

Monsieur le Ministre :

- Pouvez-vous nous indiquer quelle a été la position adoptée par le conseil d’administration de Liège Airport ?
- Quelle position les représentants de la Wallonie au sein du Conseil d’administration ont-ils défendu ?
- En juin dernier, vous indiquiez que Liège Airport devait lancer une étude juridique, pour se prémunir, afin d’analyser les conséquences pour l’aéroport d’une éventuelle rupture de contrat dans le chef du directeur général. Cette étude a-t-elle pu être réalisée ? Le Conseil d’administration de Liège Airport a-t-il pu en prendre connaissance ? Y a-t-il eu un avenant au contrat de travail du directeur général suite au décret gouvernance ?

Je vous remercie,

 

Réponse du Ministre CRUCKE le 06/03/2019

Suite à l’entrée en vigueur en date du 28 mars du décret modifiant le décret du 12 février 2004 relatif au statut de l’administrateur public, la rémunération du directeur général a été ramenée au montant maximum autorisé par le décret, soit 260 000 euros.

Cette adaptation de rémunération a été approuvée par le conseil d’administration de Liege Airport en date du 28 juin 2018 avec une prise d’effet au 1er juillet 2018.

Le conseil d’administration de Liege Airport du 7 février 2019 a pris acte de la citation déposée par le directeur général devant le Tribunal du Travail.

Le même conseil d’administration a mandaté un avocat en vue de représenter Liege Airport dans ce dossier et défendre les intérêts de la société. Il a unanimement opté pour cette solution, considérant qu’il revenait à la justice de se positionner sur l’objet de la citation.

Une analyse juridique a été effectivement réalisée à la demande du conseil d’administration. Cette analyse évoque différentes hypothèses que seule une décision de justice viendra ou non infirmer.

Je confirme également à l’honorable membre qu’à ce jour, aucun avenant n’a été signé entre le directeur général et l’aéroport.

 

Actions sur le document