Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Le tir au pré

Le tir au pré

— Mots-clés associés : , , ,

27 novembre 2017 | Question écrite de J. ARENS au Ministre COLLIN

Monsieur le Ministre,


Le « tir au pré » consiste à tuer à la ferme les animaux destinés à la boucherie. Ce procédé permet d’éviter énormément de stress à l’animal puisqu’il évite l’abattoir et, si toutes les mesures sont prises, ne se rend pas compte de sa mise à mort. Votre collègue en charge du Bien-être animal envisage de légaliser le tir au pré en Région wallonne ce dont je me réjouis.
Cependant, je pense que cette pratique doit être professionnalisée et contrôlée.

Monsieur le Ministre :


- Avez-vous été associé à cette réflexion ? En effet, le projet en préparation prévoit que le fermier qui accomplira l’acte devra posséder un permis de chasse. Cependant ce procédé est différent de la chasse : une formation particulière, suivie d’un examen, ne serait-il pas plus adapté ? Prévoyez-vous de créer un nouveau type de permis ?
- L’élevage est un métier distinct de la mise à mort. Ne conviendrait-il pas de professionnaliser cet acte de tir au pré et le confier à quelqu’un de différent que l’éleveur ? Ne pourrait-on imaginer que les abattoirs forment des personnes et les charge de cet acte ?
- Prévoyez-vous qu’un vétérinaire soit présent à chaque mise à mort d’un animal ?
- Quelles seront les règles concernant les mesures à prendre (et à contrôler) pour que les autres animaux ne se rendent pas compte des actes de mise à mort à la ferme ? Les locaux devront-ils être strictement séparés ?
- Ce procédé est-il sera-t-il économiquement attrayant pour les éleveurs ? Combien coûterait ce procédé par tête ? Quelle serait la différence avec l’abattoir ? Est-il possible d’évaluer le pourcentage d’éleveurs qui accepteraient de pratiquer ce procédé ? Les organisations professionnelles ont-elles été consultées ?

D’avance je vous remercie pour vos réponses,

Actions sur le document