Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites Les instruments de mesure utilisés dans le cadre du projet sur la qualité de l’air intérieur dans les écoles

Les instruments de mesure utilisés dans le cadre du projet sur la qualité de l’air intérieur dans les écoles

26 mars 2018 | Question écrite de P. BAURAIN au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 

Ce 9 mars dernier, vous présentiez à la presse les conclusions d’un projet pilote concernant la qualité de l’air intérieur dans les écoles. Vous annonciez également le lancement d’un « guide de bonnes pratiques » à adopter et la création d’une « journée wallonne de la qualité de l’air ».

Dans le cadre de ce projet pilote, un appareil de mesure du dioxyde de carbone a été installé dans la classe de cours, indiquant d’une lumière verte, bleue ou rouge si l’air y était sain ou demandait à être renouvelé par ventilation. L’appareil de mesure qui nous a été présenté a ainsi prouvé son efficacité en indiquant aux élèves et enseignants à quel moment il devenait indispensable d’aérer les locaux.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous dire si, dans le cadre de la campagne pour la qualité de l’air intérieur dans les écoles, ce type d’instrument de mesure pourraient être installés dans chaque classe de cours en Région Wallonne, en soutien au « guide de bonnes pratiques » qui sera utilisé par les enseignants et enfants, apportant un contrôle visuel direct et dynamique de la qualité de l’air dans leurs locaux d’apprentissage.

Je vous remercie.

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO le 24/04/2018

En plus de leur vocation à inciter le changement des comportements au niveau de l’aération des pièces, les moniteurs de dioxyde de carbone ont en effet un rôle didactique tout à fait intéressant en milieux scolaires.

Même si des concentrations en CO2 supérieures à 1 000 ppm peuvent occasionner des cas de somnolence, de perte de performance cognitive, voire même des maux de tête, il faut préciser que la seule mesure du CO2 ne permet pas de déterminer si l’air intérieur est sain ou non. Elle permet en revanche de fournir une précieuse indication sur le degré de confinement de l’air dans les pièces. Le renouvellement de l’air engendré par l’aération des locaux permettra ainsi de diminuer la concentration en CO2 et, par la même occasion, celle des autres polluants présents dans l’air intérieur. Nous nous attendons, bien entendu, à ce que le confinement de l’air soit plus important lorsque les températures extérieures sont froides, puisque les occupants des locaux sont généralement réticents à ouvrir les fenêtres à ces périodes. Nous souhaitons ainsi conscientiser le public scolaire à la nécessité d’une bonne aération des salles de classe en toute saison.

La mise en œuvre d’une bonne stratégie d’aération ou l’amélioration des caractéristiques d’un système de ventilation sont donc complémentaires à un comportement de consommation raisonné au niveau du choix des produits de décoration des locaux, d’ameublement, de produits d’entretien par exemple – autant d’éléments qui sont détaillés dans le guide de bonnes pratiques qui sera prochainement envoyé aux établissements scolaires.

Le coût d’un appareil de mesure du dioxyde de carbone est de l’ordre de 70 euros. Vu le nombre d’établissements scolaires, lui-même à multiplier par le nombre de classes, il parait peu réaliste de mettre à disposition de ces écoles un appareil par classe. Toutefois, l’expérience qui sera acquise au travers de l’utilisation de ces capteurs de CO2 sera transposable à d’autres salles de classe présentant des caractéristiques similaires en termes de volume et d’occupation. Ces appareils présentent aussi l’avantage de pouvoir être déplacés partout ce qui permet de tester différentes configurations de pièces et différents scénarios d’aération/ventilation.

Une réflexion est en cours en ce qui concerne un appel à projet de sensibilisation environnementale visant à mettre à disposition cet outil à un certain nombre d’écoles.

 

Actions sur le document