Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’appel à un plan de sauvetage de la filière bovine

L’appel à un plan de sauvetage de la filière bovine

25 février 2019 | Question orale de Fr. DESQUESNES au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


A l’occasion de l’assemblée annuelle du plus important syndicat agricole, sa présidente a plaidé pour l’adoption d’urgence d’un « plan de sauvetage » de la filière bovine wallonne. Alors que les éleveurs sont confrontés à une baisse de la consommation de viande et à des prix qui ne couvrent souvent plus leurs coûts de production, le syndicat plaide pour des mesures favorisant les produits locaux et limitant l’usage abusif de certains termes, comme le mot « steak » appliqué à des produits ne contenant pas de viande.

Monsieur le Ministre :

- Suite à cet appel, vous avez pu, en collaboration avec votre collègue fédéral, rencontrer, le 11 février, les représentants de cet appel, quelles ont été les conclusions de cette réunion ?
- Les autres associations représentatives seront-elles associées aux éventuelles suites de celles-ci ?
- La volonté des producteurs étant de sensibiliser les consommateurs à la qualité de notre production bovine ne conviendrait-il pas d’y associer également la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre de la sensibilisation à une alimentation variée et de qualité ?
- Au niveau de l’APAQ-W des mesures sont-elles prévues, notamment une campagne d’information et de sensibilisation ?
- Comment envisagez-vous de doper, au sein des nombreuses initiatives de circuits courts que vous soutenez, le soutien à la vente directe de viande bovine ?

Je remercie d’avance, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre COLLIN 

 

Monsieur le Député, le 18 février dernier, nous avons tenu une réunion de l’Agrofront avec mon collègue fédéral et avec un représentant du nouveau ministre de l’Agriculture de la Région flamande qui était exclusivement consacrée à la situation du secteur de la viande bovine.

Les organisations agricoles ont pu faire valoir toute une série d’éléments d’information, notamment la hausse des coûts de production de 28 % en huit ans. La hausse aggravée, évidemment, on le sait, par les sécheresses de 2017 et 2018. L’érosion constante et plus forte des prix pour les animaux des meilleures conformations S et E qui traduisent un manque de valorisation des morceaux nobles. Cette érosion n’est pas atténuée par la réduction de la production nettement plus sensible en Wallonie qu’en Flandre.

Et puis, on mesure aussi la perte de rentabilité qui entraîne l’abandon de la production dans pas mal de cas.

Dans ce contexte, il faut bien sûr que chaque niveau de pouvoir agisse dans les compétences qui sont les siennes et bien entendu nous devons, par exemple, profitant de cette concertation avec les autres ministres, veiller à ce qu’il y ait une réunion de la concertation chaîne élargie aux ministres fédéraux et régionaux. Je l’ai personnellement demandée parce qu’effectivement, dans la chaîne, on voit encore tous les dysfonctionnements et le fait que si les coûts de production ont augmenté de 28 % en huit ans, si le prix de la viande au consommateur a aussi augmenté, par contre ce n’est pas l’agriculteur-éleveur qui a eu le bénéfice de cette augmentation.

En ce qui concerne la Wallonie, cela fait maintenant plusieurs semaines que je travaille à toute une série de mesures. L’une qui est même plus ancienne c’est le renforcement des efforts de promotion.

L’image de la viande est souvent mise à mal et de gros efforts ont déjà été fournis par l’Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité et seront poursuivis en 2019 : communications sur la viande par le biais de l’Assiette équilibrée et de la place de la viande dans une alimentation saine ; élaboration d’une stratégie de com-promo pour atteindre les objectifs sans créer de crise ; poursuite des collaborations pour développer les actions de la cellule d’Info-viande ; mise en œuvre en collaboration avec le VLAM du projet européen cofinancé vers les pays tiers ; action de dégustation dans les grandes surfaces, pour ne prendre que ces quelques exemples-là.

Vous savez aussi que je me suis investi avec les éleveurs dans une indication géographiquement protégée sur le BBB.

Mes services ont répondu le 11 décembre aux demandes de complément d’informations de la commission. J’ai encore relancé dernièrement le commissaire Hogan à cet effet. Je crois que c’est quelque chose qui aura un effet positif au niveau de notre image de marque.

En matière de contrôle de carcasses et de contrôle dans les abattoirs, nous avons déjà amené plusieurs améliorations du système de classement des carcasses et de son contrôle.

Nous avons eu une nouvelle discussion avec le secteur en 2018 et d’autres modifications pourront encore être finalisées.

Vu aussi l’évolution récente de la situation au sein de l’entreprise Veviba, j’ai demandé une réunion avec mon collègue de l’Économie.

Nous avons tenu cette réunion et la SOGEPA a été chargée de présenter une note actualisée. Vous savez aussi les nouveaux développements qui se sont déroulés au niveau judiciaire avec une demande de PRJ.

Globalement, je voudrais aussi vous dire que cela fait plusieurs mois que nous travaillons avec le collège des producteurs à un plan stratégique, non pas de sauvegarde, mais de développement de la filière bovine viandeuse à côté de ce que l’on fait au niveau de la filière lait. Une réunion a encore été organisée à mon cabinet ce 15 février pour discuter de la stratégie adoptée avec des mesures, évidemment à court terme, d’autres à moyen et long terme et je compte bien sûr présenter ce plan avant la fin de la législature.

 

Réponse du Député DESQUESNES

 

Je remercie M. le Ministre de nous avoir fait un compte rendu assez exhaustif des actions menées en la matière. C’est vrai que c’est aux différents maillons de la chaîne sur lesquels il faut être attentifs.

Je pense aussi que le maillon que constituent les abattoirs, qu’ils soient publics ou privés, est un maillon particulièrement sensible parce que sans abattoirs et notamment des abattoirs de proximité, ce sera compliqué de tenir nos filières complètes.

Il faut souligner aussi le fait – et l’on en a déjà parlé quand on a évoqué l’évaluation de la PAC – de l’importance du soutien couplé pour notre élevage en Wallonie. C’est un effort substantiel qui est organisé à la fois par la Wallonie et l’Europe en matière de choix ; 21 % de nos aides directes sont des aides consacrées à la filière bovine.

On est une exception en Europe, mais une exception qui me semble importante si l’on regarde aussi l’impact que la filière bovine a sur l’ensemble des filières agricoles.

Mon souhait est aussi que, peut-être le secteur, HORECA qui a déjà pris des initiatives, mais également le secteur des bouchers indépendants qui sont finalement les meilleurs VRP de notre filière viandeuse bovine, ne soient pas oubliés dans les actions de promotion, qu’ils puissent participer comme ambassadeurs de première ligne aux actions de valorisation de la qualité du travail de nos éleveurs. 

 

Actions sur le document