Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’approvisionnement des scieries wallonnes

L’approvisionnement des scieries wallonnes

02 février 2015 | Question orale de I. MOINNET au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Depuis plusieurs années, le secteur de la transformation du bois de notre région est victime du succès à l’exportation de notre production forestière. Celle-ci est achetée au prix fort par leurs concurrents asiatiques qui ensuite réexportent le produit transformé sur les marchés occidentaux à des prix défiant toute concurrence.
Privées de matière première, nos scieries sont condamnées au chômage lorsqu’elles ne mettent carrément pas la clé sous le paillasson.


Face à ce constat, le gouvernement wallon n’est pas resté sans réagir. À l’initiative de votre prédécesseur, un arrêté a été adopté en mai 2014 relevant le plafond des ventes de gré à gré de bois feuillus dans les forêts publiques de 2.500 à 35.000 euros. Cette mesure permet de favoriser nos scieries en leur donnant une priorité lors des ventes. Au milieu du mois dernier, les premières ventes ont eu lieu, rencontrant un franc succès.
Il n’en demeure pas moins que, comme l’indique l’Office économique wallon du bois, il s’agit avant tout d’une bouée d’oxygène pour le secteur. Le volume total mis en vente sous cette forme à l’échelle de la Wallonie est plafonné à 15% du volume ordinaire (hors bois de chauffage) mis en vente l’année précédente. De plus, pour chaque scierie, il se limite au tiers de son approvisionnement sur les cinq dernières années.
Comparativement à nos voisins européens, notre marché est particulièrement ouvert à la concurrence étrangère. À l’étranger, notamment en Allemagne, des règlements restrictifs sont adoptés depuis des années et font en sorte qu’il est quasiment impossible pour un acheteur étranger d’acheter chez eux.


Monsieur le Ministre :


- Les premiers effets de l’entrée en vigueur de l’arrêté est-il déjà perceptible au niveau de nos scieries ?
- Allez-vous inviter les communes, autres grandes propriétaires de surfaces boisées, à adhérer à cette démarche ?
- Une évaluation des effets de l’arrêté de mai 2014 par l’Office économique wallon du bois est-elle prévue ? Dans l’affirmative, dans quels délais ?
- Pourriez-vous envisager de relever le pourcentage du volume des ventes de gré à gré ?
- Envisagez-vous de charger l’Office économique wallon du bois d’explorer de nouvelles mesures afin de préserver, à l’instar de nos voisins, l’accès de nos acheteurs à la matière première ?
- L’Office économique wallon du bois explore-t-il des pistes afin de développer cette filière et la diversifier ?
- Pourriez-vous suivre la demande de certains acteurs du secteur qui demandent que le bois exporté perde de ce fait le label PEFC ?

D’avance je vous remercie pour vos réponses.

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous :

 

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2014_2015/CRIC/cric81.pdf

 


 

Actions sur le document