Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’étude de faisabilité pour la réaffectation du site ex-Duferco

L’étude de faisabilité pour la réaffectation du site ex-Duferco

28 novembre 2017 | Question orale de F. DESQUESNES au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Il y a un peu plus de deux ans, le Gouvernement wallon octroyait une enveloppe de 300.000 euros pour soutenir les initiatives de redéploiement économique dans la région du Centre. Cette aide s’inscrivait directement comme une mesure de soutien au redéploiement économique de La Louvière et de la région du Centre suite à la restructuration du site DUFERCO-NLMK et l’arrêt des activités sur une bonne moitié du site décidée fin 2012 consécutive à la fin des activités sidérurgiques de DUFERCO.


Une partie de cette subvention a été utilisée pour établir une stratégie de redéploiement économique du Cœur de Hainaut (porté par l’intercommunale IDEA) et correspondant au double bassin de vie « Mons-Borinage » et « Centre ». Quel bilan faites-vous de la stratégie déployée à cette fin en matière de reconversion de ce double bassin de vie ?


Toutefois, au départ de ce subside, il y a eu la fermeture de DUFERCO et la nécessité de réfléchir à la réaffectation et la revalorisation de l’ancien site industriel (la partie du site qui n’a plus d’usage pour NLMK). Plus précisément, il apparaissait nécessaire d’établir un diagnostic des contraintes du site et de ses opportunités. Une telle étude devait établir un cadastre des différentes propriétés, de celles qui peuvent être valorisées sans porter préjudice à l’activité de NLKMK, du niveau de pollution des sols, et surtout du type d’activités que le site pourrait à l’avenir accueillir. Ce diagnostic est l’étape obligatoire préalable à la recherche d’éventuels partenaires investisseurs.


Monsieur le Ministre, où en est cette étude ? Sera-t-elle bientôt finalisée ? Le cas échéant, quelles en sont les recommandations ? Comment la Région wallonne peut-elle valoriser au mieux ce site dont elle est de surcroît en partie propriétaire via la SA Duferco-Wallonie?

Je vous remercie d’avance.


Réponse du Ministre JEHOLET 

 

Monsieur le Député, s’agissant de la reconversion de la partie du site industriel qui était affecté à la fabrication de produits longs, activité arrêtée en 2013 au terme d’une mise sous cocon pour une durée de deux ans. La Ville de La Louvière, l’intercommunale de développement économique (IDEA) et DUFERCO Wallonie, société
propriétaire du site et détenue à 51 % par DUFERCO et 49 % par la SOGEPA, ont collaboré en vue d’identifier
les pistes de reconversion comme cela se fait dans d’autres régions également.

Au-delà de l’inventaire des terrains disponibles, soit environ 120 hectares pour ce qui concerne la seule DUFERCO Wallonie, l’analyse des contraintes et opportunités du site a bien sûr fait ressortir les deux enjeux majeurs pour la reconversion.

Les enjeux principaux sont, d’une part, l’accessibilité à partir de l’autoroute au travers du parc d’activités économiques, et, d’autre part, l’assainissement des sols.

Les opportunités principales sont l’accès à la voie d’eau, la présence du chemin de fer et la plateforme trimodale de Garocentre.

Le site permet, en outre, d’offrir des parcelles de grandes tailles aux investisseurs potentiels, ce qui répond à une demande à laquelle il n’est pas toujours possible de répondre en Wallonie. Dans ce contexte, au cours de cet été, l'IDEA a présenté deux projets dans le cadre de l’appel à projets SOWAFINAL 3 qui ont été remis fin de l’été et qui sont en cours d’examen chez mon collègue, M. Di Antonio.

Le premier projet concerne l’enjeu accès routier et vise la réalisation d’une desserte économique du site. Le
second projet vise l’assainissement et la mise à disposition des sols pour de nouvelles activités économiques. Ces deux projets ont été introduits en collaboration avec DUFERCO Wallonie, propriétaire du site, et la SOGEPA, actionnaire de cette dernière.

Le Gouvernement doit se pencher sur les projets déposés dans le cadre de l’appel à projets SOWAFINAL 3 à la fin de cette année, je l’espère, puisque, je l’ai dit, cela ne dépend pas de mes compétences, mais des compétences de mon collègue.
On le sait, évidemment, par rapport à l’enveloppe prévue, le nombre et la qualité des projets, mais aussi
nécessitant les besoins, il est clair qu’il y aura des choix à effectuer, puisque la hauteur des montants des différents projets rentrés est nettement plus importante que les moyens qui sont prévus dans ce cadre de SOWAFINAL 3. Il est clair que ce sont des dossiers importants, des dossiers d’envergure et qui demandent aussi des moyens importants parce que la reconversion et l’assainissement des sols sont des parties non négligeables de projets.


Réplique du Député F. DESQUESNES

 

Merci à M. le Ministre qui me rassure sur la finalité initiale de l’aide de la Région wallonne dans son intervention de reconversion du site DUFERCO, puisque c’était la raison initiale pour laquelle, finalement, aujourd’hui l’ensemble du bassin de vie du Centre et de Mons-Borinage bénéficie d’un soutien. Il eut été dommage que les moyens initiaux n’aient pas été affectés à leur première destination.

Je ne manquerai pas d’interroger votre collègue, M. Di Antonio sur les suites de SOWAFINAL 3, tout en sachant que, des informations que vous me donnez, je pense qu’il y a dans les 120 hectares aussi des hectares qui pourraient avoir une destination autre qu'économique et qui, vu leur implantation en cœur de ville, mériteraient, me semble-t-il, une réflexion davantage urbanistique et de projets de ville.
 

 

Actions sur le document