Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La ligne 132 Couvin-Charleroi

La ligne 132 Couvin-Charleroi

02 mai 2017 | Question orale de Cl. LEAL-LOPEZ au Ministre PREVOT - Réponse disponible

 

Monsieur le Ministre,


Fin du mois dernier, la cellule ferroviaire du Service public de Wallonie présentait une étude, réalisée en collaboration avec l’ASBL Navetteurs.be, sur la ligne 132 Couvin- Charleroi. Il ressort de celle-ci que la fermeture de tous les guichets et la réduction du nombre de trains, consécutive à la diminution de l’offre survenue en décembre 2014, entrainent une diminution de la fréquentation de la ligne. Ce cercle vicieux, moins d’offre et donc moins de voyageurs, pourrait à terme mettre en péril le maintien de cette ligne rurale.

La disparition redoutée d’arrêts, notamment ceux de Mariembourg et de Couvin, ainsi que la suppression annoncée des accompagnateurs sur cette ligne inquiètent les usagers et les habitants de l’ensemble de la région. Tous plaident pour le maintien d’une offre ferroviaire attractive. Pour cela, il faut augmenter la fréquentation afin d’atteindre un taux de couverture des coûts de 30%, ce qui constitue la moyenne wallonne, mais celui-ci n’est que de 11% sur cette ligne à l’heure actuelle.

Monsieur le Ministre :


- Quelles seront les suites de cette étude ?
- Avez-vous pu déjà en partager les conclusions avec le Ministre fédéral de la Mobilité et votre collègue régional en charge de la Mobilité ?
- Une piste envisagée est la création d’un comité de ligne. Est-elle retenue ? Dans l’affirmative qui en fera partie ? Les usagers seront-ils associés ?
- Ce comité sera-t-il chargé d’élaborer un plan d’action ?
- Dans l’affirmative quand celui-ci pourrait-il être mis en œuvre ? Avec quels moyens ?
- D’autres études de ce type sont-elles envisagées sur d’autres lignes rurales ?

Je vous remercie pour vos réponses,

 

Réponse du Ministre M. PREVOT 

 

Madame la Députée, la ligne 132 entre Charleroi et Couvin a toujours retenu l'attention du Gouvernement wallon
puisqu'elle a fait l'objet d'une première décision en novembre 2013 dans le cadre des projets prioritaires
d'investissement, et d'une seconde, l'année dernière, dans le cadre du plan de Transport.

En mai 2016, le Gouvernement wallon plaidait, en effet, pour l'application d'un seuil d'attractivité de base de minimum 1 train par heure par sens sur l'ensemble de son territoire, ainsi que la mise en place d'un train IC rapide entre Couvin et Charleroi parallèlement à un train L-omnibus entre Charleroi et Walcourt, selon le principe du RER carolo. Comme vous le savez, ce projet, tout comme les autres revendications du Gouvernement wallon, n'a pas été retenu par la SNCB.

Dans le cadre de la fixation annuelle du programme d'activités de la Cellule ferroviaire, je lui ai demand d'examiner la problématique particulière de la L132, et c'est dans ce cadre qu'elle a organisé deux séances d'information auprès de la population concernant la ligne 132 Couvin-Charleroi en vue de la revitaliser.

Cette ligne a été sélectionnée en priorité pour être analysée, parmi les lignes à faible densité de population, pour plusieurs raisons :
– baisse importante de l'offre depuis le dernier plan de transport ;
– baisse continue de la fréquentation sur la ligne ;
– fermeture des guichets ;
– fusion à terme de points d'arrêt, envisagée par la SNCB ;
– travaux nécessaires sur la ligne sans cesse reportés ;
– seule ligne non électrifiée de Wallonie.

La Cellule ferroviaire part du constat que cette ligne, dans son ensemble, et comparativement à d'autres lignes
wallonnes, est attractive, mais voit sa fréquentation baisser depuis quelques années, ce qui risque à terme de nuire à l'existence même de la ligne. Les économies imposées à la SNCB et à Infrabel font, en effet, en sorte que ces deux sociétés se concentrent principalement sur les lignes les plus « rentables », ce qui n'est bien évidemment pas le cas de la ligne 132.

La Cellule ferroviaire a lancé un appel à la population, car il est nécessaire d'augmenter le nombre de navetteurs sur la ligne. Elle propose une série d'actions dont effectivement la création d'un comité de ligne qui serait le porteur de projet et identifierait les besoins nécessitant la création de groupes de travail.

L'élaboration de brochures de communication choc et la problématique des correspondances trains-bus sont de beaux exemples, soulevés, à plusieurs reprises par la population, et qui pourraient faire l'objet de groupes de
travail.

La création du Comité et des groupes de travail requiert des bonnes volontés que la Cellule ferroviaire, en coopération avec Navetteurs.be, a rencontrées.

Le planning des travaux de ce Comité n'est pas encore fixé vu l'organisation toute récente des séances d'information. Au vu de l'engouement suscité, une première rencontre des volontaires qui se sont inscrits pour un ou plusieurs des 11 actions proposées se tiendra encore avant les grandes vacances et une seconde sera ensuite envisagée.

La Cellule ferroviaire sollicitera prochainement une nouvelle rencontre avec tous les bourgmestres de la ligne afin d'envisager, tout comme avec la population, des actions concrètes avec eux. Les arrêts d’Ham-surHeure et Yves Gomezée, bénéficiant d'une augmentation de l'offre, une campagne de communication pourrait, entre autres, être envisagée, mais d'autres pistes seront aussi discutées.

La Cellule ferroviaire fera ensuite remonter les informations, et j'en informerai mes collègues.

Cette année, la Cellule ferroviaire analysera la ligne 130a et, si le projet pilote de la ligne 132 continue à être un succès, appliquera la même méthodologie pour toutes les lignes à faible densité de population.

Par ces actions qui vont au-delà des incantations et demandes formulées au Gouvernement fédéral, j'ai souhaité mettre tout en œuvre, dans le cadre de mes compétences, pour faire vivre les lignes rurales particulièrement importantes pour la mobilité en Wallonie et éviter que le cercle vicieux « moins d'offres - moins de voyageurs » ne conduise à leur disparition pure et simple progressive.


Réplique de la Députée C. LEAL LOPEZ

 

Je voudrais remercier M. le Ministre pour ses réponses et aussi pour tout l’intérêt qu’il porte avec le Gouvernement wallon de défendre et de plaider pour maintenir des lignes rurales.

C’est à souligner positivement, c’est la collaboration, c’est la mise en place de groupes de travail, de comités. C’est donc déjà une avancée que d’entendre se dire un non catégorie et, ensuite, avoir les conséquences au niveau de la population.

Nous regarderons l’étude et le projet pilote de la ligne 132. S’il peut s’appliquer à d’autres lignes, ce serait une belle avancée.
 

Actions sur le document