Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’impact du déficit de précipitations sur les voies navigables

L’impact du déficit de précipitations sur les voies navigables

11 juillet 2017 | Question orale de V. SALVI au Ministre PREVOT - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Le déficit de précipitations de ces derniers mois a impacté non seulement le secteur agricole mais également nos réserves aquifères. Il en a résulté certaines difficultés sur nos voies navigables mises en évidence courant du mois de juin avec, notamment, le recours au regroupement de bateaux lors du franchissement des écluses.

Monsieur le Ministre,

- Pouvez-vous faire le point sur la situation actuelle, le recours au regroupement est-il encore nécessaire ?
- A plus long terme, sachant que du fait du réchauffement climatique, nous pourrions connaître plus fréquemment des épisodes de ce type, ne conviendrait-il pas de mener une réflexion sur les éventuelles adaptations à réaliser dans la gestion de nos voies navigables ?
- Par ailleurs, plusieurs petites centrales hydroélectriques installées sur nos cours d’eau ont dû être mises à l’arrêt, sont-elles à nouveaux opérationnelles ? Le déficit de production, par rapport à une année normale, a-t-il pu être évalué ? Ici aussi une réflexion ne devrait-elle pas être menée afin de choisir de manière optimale les lieux d’implantations afin qu’elles puissent fonctionner en permanence ?
-
D’avance je vous remercie pour votre réponse,

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous :

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2016_2017/CRIC/cric227.pdf

Actions sur le document