Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’intérêt de recourir à des experts du vécu dans la fonction publique wallonne

L’intérêt de recourir à des experts du vécu dans la fonction publique wallonne

15 janvier 2019│Question orale de B.DREZE à la Ministre GREOLI - Réponse disponible

Madame la Ministre,

 

J’ai récemment été sensibilisé à la notion d’« experts du vécu », qui a recueilli mon plus vif intérêt.

Il s’agit de personnes qui ont fait l’expérience de la précarité, d’une détresse sociale ou sanitaire, telle que la privation de logement, la toxicomanie, l’alcoolisme, le surendettement…
Elles s’en sont heureusement sorties et peuvent, de surcroît, tirer un parti positif de cette pénible période de leur existence en se mettant au service de la fonction publique.

Le service public fédéral Intégration sociale s’est en effet doté d’un service d’experts du vécu. Celui-ci a pour objectifs principaux d’intégrer le point de vue des personnes en situation de pauvreté, et d’améliorer leur accès aux services à caractère social rendus par l’administration fédérale. Cet accès est en effet trop souvent compromis par des difficultés multiples en termes d’éducation, de langage, de réseau social, de santé, de logement…

Ma question s’adresse donc tout autant à la Ministre de la fonction publique qu’à la Ministre de l’Action sociale, de la Santé et de l’Egalité des chances.

- Que pensez-vous de cette expérience menée au niveau fédéral ?
- Envisagez-vous de la tenter au niveau de la fonction publique wallonne ? Des initiatives ont-elles déjà été prises en ce sens ?

Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

 

Réponse de la Ministre A. GREOLI

 

Monsieur le Député, je sais votre attention sur ce genre de sujet et je valide entièrement ce type d'initiative qui, pour l'instant, est menée par le Fédéral. Dans la suite de mon propos, vous pourrez constater que des travaux vont dans le même sens en Région wallonne. Je veux vraiment m'en réjouir.

Avant d'aller plus loin, je souhaite apporter une petite précision : les termes d'« experts du vécu » sont utilisés au niveau fédéral, mais, en Région wallonne, l’on parle « de facilitateur en prévention des inégalités sociales ». Ceci dit, j'estime que, comme on l'a fait tout à l'heure, dans le vocabulaire commun, « experts du vécu » dit bien ce que cela veut dire. La participation de ces facilitateurs et donc de ces « experts du vécu » est effectivement nécessaire pour veiller à ce que les services publics soient correctement centrés sur les besoins des usagers. Sans cette participation, l’on perd vite de vue les particularités et les besoins des personnes que l'on cherche pourtant à accompagner ou à aider. Vous avez comme moi eu l'occasion d'en rencontrer un, il n'y a pas plus de 15 jours, et vous avez tout de suite pu voir à quel point la préoccupation de la compréhension, fine et complète, par l'ensemble des usagers fait vraiment partie de ces objectifs.

Je vous rappelle, par ailleurs, que la Déclaration de politique générale que nous avons sur la table pour 2017-2019 prévoit la mise en place d'un dispositif pilote de facilitateurs en prévention des inégalités sociales, d'experts du vécu, pour participer au renforcement de la lutte contre la pauvreté, comme me le faisait remarquer Mme la Présidente. Tel qu'indiqué, cela s'inscrit dans l'enrichissement mutuel entre les acteurs de terrain et les administrations wallonnes. L'enjeu de l'accès automatique aux droits existants est central dans l'organisation des administrations concernées. L'expérience de ces personnes permet d'aller encore audelà de l'automaticité des droits, puisqu'il y a, là, une forme de médiation, au sens noble, entre l'administration et les besoins des personnes. Je peux déjà aussi vous annoncer qu'afin de concrétiser cet objectif, un avant-projet d'arrêté fixant un cadre permettant l’implémentation d'un dispositif defacilitateur en prévention des inégalités sociales auprès de la Région wallonne sera examiné par le Gouvernement wallon, en première lecture, ce jeudi.

De plus, en étant ministre de la Santé, je soutiens une initiative de l'Université de Mons relative à la formation à la pair-aidance. L'objectif est de développer une entraide entre les personnes souffrant ou ayant souffert d'une maladie somatique ou psychique. Une formation à cet effet est organisée à destination des pairs aidants. Cela va aussi de pair pour compléter l'ensemble de l'arsenal.

 

Réplique du Député B. DREZE

 

Je prends bonne note, non seulement de votre intérêt, mais surtout qu'il y a, ce jeudi, un avant-projet d'arrêté qui est mis à l'ordre du jour du Gouvernement wallon. Je m'en réjouis, j'espère qu'il sera bien accueilli.

 

Actions sur le document