Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’offre de formation relative aux métiers en pénurie

L’offre de formation relative aux métiers en pénurie

21 mars 2017│Question orale de B.DREZE à la Ministre TILLIEUX - Réponse disponible

Madame la Ministre,

Dans notre domaine de l’emploi et de la formation, il y a des idées qui reviennent régulièrement à la surface du débat public, comme des serpents de mer. L’une d’entre elles consisterait à obliger les chômeurs, en particulier les personnes qui en forment le noyau dur, à se former aux métiers en pénurie, sous peine de perdre leur droit aux allocations. Cette obligation s’appliquerait aussi aux victimes de restructurations et de licenciements collectifs passant en cellule de reconversion.

Certains signes avant-coureurs laissent entrevoir la possible évocation de cette thèse dans nos travaux. Autant anticiper, en posant certaines questions préalables et primordiales.

- En regard des métiers en pénurie actuellement répertoriés, l’offre de formation telle qu’elle se présente aujourd’hui permettrait-elle d’accueillir le stock des chômeurs complets indemnisés ? La question ne s’étend évidemment pas aux fonctions hautement qualifiées qui concernent l’enseignement supérieur et universitaire, mais les métiers qui relèvent des filières de la formation professionnelle ?
- Dans la population des chômeurs de longue durée, du public le plus éloigné de l’emploi, quelle est la proportion de personnes pour lesquelles se poserait un problème de préqualification pour l’accès aux filières de formation professionnelle ?
- Un métier reconnu en pénurie peut ne plus l’être l’année suivante (nous avons été saisis récemment d’un cas de figure assez édifiant concernant l’infirmerie). Quel est le taux moyen de « rotation annuelle » des métiers reconnus en pénurie ?
- Plus généralement, de manière très ouverte, j’aimerais entendre votre point de vue à l’égard de cette thèse radicale : obligeons les chômeurs à se former aux métiers en pénurie…

Je vous remercie.

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous : 

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2016_2017/CRIC/cric140.pdf

Actions sur le document