Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La contribution des politiques de l’emploi et de la formation à la prévention du radicalisme

La contribution des politiques de l’emploi et de la formation à la prévention du radicalisme

20 juin 2018│Question orale de B.DREZE au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

 

Monsieur le Ministre,

Les tragiques événements de Liège ont replacé la radicalisation à l’avant-scène de l’actualité. Notre pays avait hélas déjà subi au cours des dernières années des attentats sanglants. Dans ce contexte, la Wallonie avait estimé devoir concourir à la prévention du radicalisme dans le cadre de ses compétences, notamment de l’emploi et de la formation.
En 2016, la Ministre Tillieux avait annoncé quelques mesures en ce sens.
L’une d’elles consistait à doter chaque instance bassin Emploi-formation-enseignement d’un agent chargé de promouvoir l’emploi des personnes étrangères ou d’origine étrangère. Ce travail devait être alimenté, supervisé et coordonné par une expertise universitaire. Un budget de 865.000 euros avait été dégagé pour cet axe.
Le Gouvernement avait également décidé de renforcer les programmes d’aide à la réinsertion, de formation et d’orientation socioprofessionnelle en milieu carcéral ou à la sortie de celui-ci, avec un budget supplémentaire de 1,085 million euros. La mise en œuvre de ce programme avait été confiée aux Centres d’insertion socio-professionnelle (CISP), sur base de remise de projets.

- Pouvez-vous tirer un bilan de ces initiatives ?
- Un rapport d’activités des agents détachés dans les IBEFE vous a été adressé via le CESW. Quelles leçons en tirez-vous ?
- Depuis le dépôt de cette question, nous avons eu l’occasion de prendre connaissance de ce rapport. Nous avons appris votre décision de mettre fin anticipativement à cette opération. L’AG du FOREm est invitée à rapatrier les agents concernés sans attendre le terme de leur mission, qui avait été fixée à fin 2019.
- La lecture du rapport inspire peut-être une certaine perplexité. D’un autre côté, il s’agit d’une mission inédite, et il faut le temps de prendre ses marques …
- Par ailleurs, l’actualité ne confirme-t-elle pas de manière dramatique l’intérêt de mobiliser les niveaux de pouvoir, notamment les compétences régionales de l’emploi et de la formation, pour contribuer à la prévention du radicalisme ? A cet égard, quelles politiques pensez-vous pouvoir mener dans le périmètre de vos responsabilités ?

Je vous remercie.

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous : 

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2017_2018/CRAC/crac167.pdf

 


 

Actions sur le document