Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La création d’une filière brassicole intégrée

La création d’une filière brassicole intégrée

16 juin 2017 | Question orale de I. STOMMEN au Ministre MARCOURT - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Comme je vous le mentionnais dans ma question précédente, je salue la volonté du Gouvernement de soutenir le développement des circuits courts. Je voudrais profiter de cette question pour aborder la filière brassicole en particulier.


Il semble que la Région wallonne importe majoritairement les céréales nécessaires à la fabrication de la bière, en particulier l’orge et le houblon. Paradoxalement, la Belgique serait le premier exportateur mondial de malt, avec 840.000 tonnes exportées en 2015 selon le journal L’Echo. En ce qui concerne le houblon, nous importons 939 tonnes alors que nous en exportons 222 tonnes, sur les 376 tonnes que nous produisons. Enfin, nous ne produisons que 10.000 tonnes d’orge de brasserie alors que nous en consommons 404.000 tonnes, soit plus de 40 fois plus.
Le 24 novembre dernier, le Gouvernement wallon a lancé sa démarche « Achetons-wallon ! ». Dans ce cadre, il est prévu de soutenir le développement de filières intégrées et notamment celui de l’orge brassicole pour nos brasseries locales.


Cet objectif recouvre plusieurs avantages. Premièrement, cela s’inscrit pleinement dans la logique de développement des circuits courts. Deuxièmement, sachant de que nombreuses microbrasseries se développent dans notre Région avec une recherche qualitative et locale, labelliser les matières premières produites en Wallonie permettrait d’accroître leur différenciation, et donc l’attractivité de leurs produits, par rapports aux groupes brassicoles internationaux. Dix-neuf producteurs ont d’ailleurs créé le label "Houblon belge" à cette fin. Enfin, le prix du malt ne pesant que 0,8% du prix de la bière, relever le prix du malt et de l’orge en vue d’une meilleure rentabilité des agriculteurs serait sans impact majeur sur celui de la bière.
Vu l’opportunité de développer ces filières, pouvez-vous faire état de l’action du Gouvernement à cette fin ? Quelle est votre stratégie afin d’aider davantage d’agriculteurs à se lancer dans ces cultures ?

D’avance merci pour vos réponses.


Réponse du Ministre JC MARCOURT

 

Madame la Députée, des actions en faveur du développement d'une filière brassicole intégrée sont organisées dans le cadre de la mission déléguée par l’AEI pour favoriser le développement de circuits courts.

Diversiferm-ULG-Gembloux Agro-Bio Tech, dans le cadre du partenariat avec l'AEI, a organisé récemment deux actions. Dans le cadre de sa mission d'animation des filières naissantes en circuits courts, DiversiFerm, en collaboration avec le Collège des producteurs et avec le soutien de l'Agence pour l'entreprise et l'innovation, a organisé une matinée de rencontre entre acteurs de la filière houblon, le 31 mars 2017, à Gembloux. Cette matinée a rassemblé 25 personnes, parmi lesquelles de potentiels futurs producteurs de houblon, des microbrasseries intéressées par un approvisionnement en houblon local, des structures d'accompagnement, tous intéressés par le développement de la culture du houblon ou d'une filière brassicole en Wallonie. Cette réunion de travail a permis d'initier une dynamique collaborative entre les différents acteurs qui, progressivement, se structurent en faveur du développement d'une filière.

DiversiFerm, dans le cadre de sa mission de référent circuits courts de l'AEI, a également participé à une mission technique en Drôme, afin de mieux appréhender l'intégration de la culture du houblon dans une filière brassicole.

Concernant les différents éléments de votre question, il convient d’être prudent avec les chiffres d'import et d'export cités. Ceux-ci ne mentionnent, en effet, pas le détail de l'import-export. En effet, la Belgique est une plaque tournante pour le commerce international du houblon. Notons également que « Houblon belge » est une marque privée et non un label.

En collaboration avec Biowallonie, DiversiFerm a organisé, le 22 mai dernier, une visite technique de la seule houblonnière bio en Belgique à Poperinge. Cette matinée a attiré plus de 30 personnes intéressées par l'installation d'une culture de houblon soit comme projet de diversification agricole, soit comme projet d'autoapprovisionnement
pour la brasserie.

Au niveau de l'orge brassicole, diverses actions se structurent entre partenaires, en suite de la matinée d'échanges organisée le 27 octobre 2016 par DiversiFerm, dans le cadre de la convention de partenariat avec l'AEI, en collaboration avec le Collège des producteurs et le CRA-W. Les partenaires ont mis en place plusieurs actions structurantes pour accompagner les projets de développement de la malterie en Wallonie – actuellement, il ne reste qu'une seule malterie en – notamment un voyage d'études en Bretagne en février ainsi qu'une visite technique d'une malterie en Ardèche.


Réplique de la Députée I. STOMMEN

 

Merci, Monsieur le Ministre.

Je suis, je dois vous dire, étonnée des actions dont vous me faites part et je trouve cela très bien, tant du point de la logique des circuits courts et du développement des circuits courts que dans la logique, que nous souhaitons tous aussi, d’une diversification agricole.

Je vous remercie.

 

Actions sur le document