Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La pénurie de directeurs de maisons de repos de cpas wallons

La pénurie de directeurs de maisons de repos de cpas wallons

10 octobre 2017 | Question orale de M. VANDORPE à la Ministre DE BUE - Réponse disponible

Madame la Ministre,

 

Notre nouvelle DPR prévoit notamment, pour le secteur des maisons de repos, des réformes indispensables. Celles-ci seront menées à bien en ayant à cœur, je cite, « la priorité absolue de la continuité des prestations ».

A propos de cette priorité, un problème en particulier se pose, puisque depuis plusieurs années, les CPAS, tant wallons que bruxellois, peinent à trouver des candidats pour diriger leurs maisons de soins.

Or, ne pas disposer de la personne appropriée joue sur le bien-être des résidents, comme le confirme d’ailleurs la Fédération des CPAS wallons.

Les raisons à ce manque de candidats peuvent notamment s’expliquer par le fait qu’il faut une grande maîtrise dans une série de dossiers, mais aussi par le fait que le salaire à ce poste est généralement peu attractif. Ce dernier est fixé dans le cadre d’une circulaire datant de 2002.

Les gestionnaires publics gèrent 28% des lits en Wallonie. L’obtention d’un statut professionnel spécifique pour les directeurs de maisons de repos publiques permettrait à ces derniers de pouvoir prétendre à une rémunération décente, et surtout plus juste par rapport à leur investissement professionnel.

La Fédération des CPAS wallons continue de plaider pour la mise en place d’une description précise de la fonction, le renforcement de la formation et l’octroi d’un bonus pour prestations extraordinaires.

Le cdH a interpellé votre prédécesseur sur ce sujet à plusieurs reprises. Sans succès, manifestement, puisque les choses n’ont toujours pas évolué. Il y a un an et demi, le Ministre de l’époque, Monsieur Furlan, « confirmait sa volonté de mener, au sein du comité C - puisque c'est le lieu de discussion avec l'ensemble des partenaires - une large réflexion à ce sujet ». Qu’en est-il à ce jour ? Votre volonté est-elle de travailler sur ce dossier en vue d’obtenir des avancées en faveur des directeurs de maisons de repos publiques ? Comment comptez-vous répondre à cette pénurie de candidats pour de tels postes ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses

 

Réponse de la Ministre DE BUE

 

Madame la Députée, je m'excuse d'avance, mais ma réponse sera relativement courte par rapport à ce que vous évoquez.

Je partage tout à fait le constat. La problématique du statut des directeurs des maisons de repos a déjà été
soulevée à de multiples reprises devant cette assemblée.
Il y a effectivement une réflexion à avoir, non seulement pour les barèmes, mais également en ce qui concerne les perspectives plus globales permettant aux directeurs des maisons de repos de disposer d'un véritable statut.

Comme le prédécesseur l'avait souligné, le meilleur endroit pour que cette discussion et cette réflexion puissent être menées, c'est le comité C, puisque c'est au sein de cette instance que les partenaires sociaux peuvent mener réflexion et débat. Pour ma part, je considère que cette réflexion doit être poursuivie au sein du comité C, mais on sait très bien que la problématique est délicate et doit faire état de débats, tant du côté des
syndicats que des patrons.


Réplique de la Députée M. VANDORPE

 

Je vous remercie. J'entends donc que vous partagez les mêmes préoccupations, tant du cdH que de la Fédération des CPAS wallons. Vous l'annoncez dès le départ, je reste un peu sur ma faim. Il y a un gros travail à faire sur ce sujet. J'espère que l'on ouvrira plus largement ces discussions pour y arriver.
 

 

 

 

Actions sur le document