Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La réforme dans le secteur de la santé mentale

La réforme dans le secteur de la santé mentale

16 octobre 2018 | Question orale de M. VANDORPE à la Ministre GREOLI

Madame la Ministre,

 

La semaine dernière était consacrée à la santé mentale. En Wallonie, ce secteur occupe 500 ETP et consomme un budget annuel de 33 millions d’euros.

A l’occasion de la semaine wallonne de la Santé mentale, la Fédération wallonne des services de santé mentale est sortie dans la presse pour critiquer la réforme à venir en ce domaine.


Elle a ainsi fait part de ses craintes. Vous travaillez actuellement à la rédaction du nouveau décret, mais la FeWaSSM considère que ce texte n’a pas été conçu avec les acteurs de 1ère ligne, et qu’elle n’a été consultée qu’en bout de course. Sachant que le projet de texte n’est encore passé au Gouvernement wallon qu’en 1ère lecture, je vous avoue que j’ai du mal à comprendre cette affirmation… En effet, nous savons tous que le processus rédactionnel d’un projet de décret est long. Une fois le texte passé en 1ère lecture, commence alors la phase dite consultative, qui, comme son nom l’indique, permet au Gouvernement de consulter tous les acteurs du secteur ! Je souhaiterais dès lors vous entendre à ce sujet Madame la Ministre, afin que vous puissiez me confirmer votre volonté de consulter largement le secteur dans le cadre de cette réforme.


Selon la Fédération, le Gouvernement voudrait - je la cite -, « imposer une réforme dictée par un souci d’économie, avec des conséquences catastrophique », puisque la Fédération prédit une augmentation des demandeurs fragilisés, pour lesquels « il n’y aura plus de place »… Les publics spécifiques enfants/adolescents et aînés seront-ils considérés comme prioritaires au niveau du décret ? Qu’en est-il réellement des objectifs, y compris financiers, du Gouvernement ? La Fédération affirme que « Faute d’avoir été revus significativement, les frais de fonctionnement des services ne permettraient plus de couvrir les dépenses de base ». Est-il vrai que chaque service doit se débrouiller avec une subvention de maximum 15 000 € par an ?

Enfin, le projet de réforme fait craindre à la Fédération « une approche normative des pathologies, avec un plafonnement du nombre de consultations ». Pouvez-vous infirmer ces propos Madame la Ministre, en développant vos arguments à ce sujet ?

Je crois savoir que vous deviez rencontrer la Fédération la semaine dernière, pour discuter de tout cela. Qu’est-il ressorti de ce dialogue ? La Fédération est-elle maintenant pleinement rassurée sur vos intentions ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses

 

Actions sur le document