Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La restructuration des outils économiques et régionaux et notamment la suppression de l’AEI

La restructuration des outils économiques et régionaux et notamment la suppression de l’AEI

09 janvier 2018 | Question orale de M-D SIMONET au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Votre interview du 14 décembre dernier à La Libre Belgique a retenu toute mon attention. Dans ce cadre, vous annoncez votre volonté de restructurer les outils économiques et régionaux. Vous proposez de supprimer l’AEI (l’agence pour l’entreprise et l’innovation) et de transférer ses missions à la DG06 et à la SOWALFIN. De même vous considérez que les missions de « Creative Wallonia Engine » peuvent être transférées à la DGO6.

Je partage votre point de vue qu’il convient de donner de la cohérence et de la lisibilité aux outils économiques. La dilution des moyens peut effectivement empêcher d’atteindre les objectifs.
Il s’agit là d’une restructuration de taille et d’un changement de cap important.


- Pourriez-vous nous détailler les éléments de diagnostic qui vous amène à prendre cette décision ?
- Au-delà des aspects financiers (éviter la dispersion des moyens), votre réforme poursuit-elle d’autres objectifs et si oui lesquels ?
- Dans quel timing envisagez-vous de mener cette réforme ?

Je vous remercie pour votre réponse

 

Réponse du Ministre JEHOLET 

 

Madame la Députée, j'espère que vous aurez encore un peu de voix pour poser vos prochaines questions.

En effet, j'ai annoncé, comme la Déclaration de politique régionale le prévoyait, une réforme : rationalisation, simplification des structures financières, mais aussi d'animation économique en Région wallonne. Comme je le répète, ce n'est pas par dogmatisme, par plaisir, mais simplement dans un souci d'efficacité, d'efficience dans le service que l'on rend aux entreprises, notamment dans leur accompagnement.
Comme je le dis toujours, a tout moment de leur vie et de leur développement, peu importe le besoin de
l'entreprise, qu'il soit en matière de formation, de recherche, d'innovation, de financement ou toute autre aide qu'une structure publique peut apporter.

La réforme des structures sera calibrée en fonction des missions d'opérateurs publics et parapublics au service de l'économie. Je confirme que l'Agence de l'entreprise et de l'innovation, le but est de supprimer cette agence, mais vous avez raison. Supprimer ou fusionner, ou absorber des structures, ce n'est pas si simple, il y a le personnel, le statut du personnel et j'anticipe un peu vos dernières questions. Il ne s'agit pas de faire des économies dans les missions poursuivies aujourd'hui par l'Agence de l'entreprise et de l'innovation, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de nouvelles missions, peut-être réorientées, abandonnées, on envisagera. Je vais revenir sur le travail effectué aujourd'hui.

Vous avez raison et ce n'est pas, dans un premier temps, un texte ou un décret qui sera déposé et dire : « On supprime ». Je pense qu'il y a toute une série de missions, vous le savez, qu'il y a aussi des cofinancements, non seulement des missions, avec des financements régionaux, mais aussi des financements européens. Il est important de ne pas évidemment perdre le bénéfice de ces soutiens, y compris des soutiens financiers.

Peut-être un élément et vous l'avez mentionné, je pense qu'on l'avait déja mentionné préalablement par rapport a ce que deviendrait l'AEI, ce sont des missions confiées a la SOWALFIN et, pour partie, a la DGO6 puisque la DGO6 serait également concernée.

Les constats qui m'ont poussé a proposer au Gouvernement cette réforme sont les suivants. L'offre en matière d'accompagnement et des financements des start-up est aujourd'hui trop disparate et non organisée a bien des égards. Une saturation est observée au niveau des early birds, comme on dit, de la création de start-up, tandis que la phase de croissance – on a déja eu l'occasion d'en débattre dans cette commission et je pense d'ailleurs avec vous – est un peu le parent pauvre du cycle de vie de ces entreprises.

Pour les start-up, pour la création d'entreprises, pour des entreprises parfois en difficulté, parfois pour des
entreprises qui sont en forte croissance, il y a, a un moment donné, dans le développement de l'entreprise entre le début, la création et, je vais dire, la start-up, une zone blanche par rapport au soutien, a l'accompagnement des entreprises. Certains programmes sont mis en place dans une logique topdown avec a l'appui, d'importants financements régionaux et parfois, je vous l'ai dit, des cofinancements européens et peinent a trouver en quelque sorte de l'intérêt et des « clients », si je peux me permettre cette expression, ce qui semble traduire une inadéquation entre les besoins du terrain et l'offre par les entités publiques ou parapubliques.

J'ai mis sur papier toute une série de faits objectifs, a savoir les actions développées par des opérateurs tels que l'AEI ou Creative Wallonia Engine et les financements publics qui y sont consacrés. Il en résulte que beaucoup d'argent public est consacré a des actions dont l'effet levier sur l'économie est aujourd'hui discutable.

Il semble également que les interlocuteurs que l'on retrouve dans ces entités sont parfois trop éloignés du
microcosme du milieu économique. Contrairement a mon prédécesseur, j'ai décidé que Creative Wallonia Engine ne deviendrait pas une société anonyme de droit public filiale de l'AEI, comme c'était initialement prévu.

L'AEI sera, quant a elle, l'objet d'une importante réforme courant de cette année. Il y aura, comme vous l'avez dit, différents phasages, mais je pense que l'on n'aura pas de trop de cette année pour rendre cette réforme opérationnelle pour la SOWALFIN.

Cette volonté, je l'ai dit, ne poursuit pas d'autres objectifs que celui d'offrir a ceux qui composent le tissu économique wallon, une offre de produits et services adaptée a leur besoin.

Comme je vous l'ai dit, il n'est pas question de diminuer le budget alloué a l'entreprise, a l'innovation et, globalement, a l'économie, mais plutot de l'affecter différemment. Enfin, la SOWALFIN, avec un consultant, est chargée de lister l'ensemble des missions, des projets confiés aujourd'hui a l'AEI avec les financements qui vont avec, comme on dit, avec les échéances des missions pour voir comment et au fur et a mesure l’on peut confier certaines tâches, certains projets, certaines missions, d’une part, a la DGO6 et, d’autre part, a la SOWALFIN.


Réplique de la Députée M.-D. SIMONET

 

Je remercie M. le Ministre pour ses explications. Je prends note – mais ce n’était pas mon propos – que le ministre n’envisage pas de réduire les budgets affectés a ce type de politique. Je sais que vous n’envisagez pas de réduire les budgets. Ce n’est pas cela l’objectif, parce que je sais que ce sont des politiques auxquelles vous êtes sensible. C’est peutêtre une réorganisation, une simplification que l’on verra au fur et a mesure.

Je note aussi que ce n’est pas un décret qui mettra fin a l’AEI, en tout cas pas a ce stade, mais progressivement alors, si je comprends bien, il s’agit d’une réorientation des budgets des politiques vers des acteurs qui prendront le relais pour éviter un effet d’hiatus. On sait bien que, dans toute société, administration publique ou privée, le fait de savoir qu’il y aura des modifications statutaires fait qu’assez légitimement les personnes deviennent plus préoccupées de leur avenir, de l’avenir de la Wallonie. Il y a du talent a l’AEI. Ce n’est pas cela le propos non plus. Qu’il y ait une certaine sérénité dans l’accompagnement et dans la manière de savoir s’il va rester quelque chose a l’AEI, si ces personnes vont continuer a travailler, ce sont aussi des éléments de réponse qu’il faudra apporter. Nous aurons l’occasion d’y revenir.
 

Actions sur le document