Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La situation du secteur laitier européen

La situation du secteur laitier européen

6 juillet 2018 | Question orale de J. ARENS au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Sous l’impulsion de la France, les pays européens se sont penchés sur les possibles solutions pour écouler, sans mener une concurrence déloyale au marché, les centaines de milliers de tonnes de poudre de lait que la Commission a rachetés depuis plusieurs années pour tenter de stabiliser les prix. En janvier dernier, ces stocks atteignaient 400.000 tonnes et il était décidé de suspendre les achats par les pouvoirs publics.

On sait que toute mesure de remise sur ce marché de ces stocks risque de déstabiliser un marché fragile alors que les producteurs peinent à recevoir un prix rémunérateur pour leur production. Un nouvel écroulement du marché ne pourra que favoriser une agriculture intensive et industrielle avec des fermes regroupant plusieurs centaines de vaches. Très loin du notre modèle prôné par notre région.

 

Monsieur le Ministre :


- Quelles ont été les propositions formulées par la France ?
- Quelle est la position adoptée au niveau belge ?
- Pouvez-vous faire le point sur l’état des stocks au niveau belge et de leurs évolutions ?
- Des garanties sont-elles prises pour s’assurer que le marché ne va pas de nouveau s’écrouler ?
- Pouvez-vous faire le point sur les discussions relatives à la mise en œuvre des outils de gestion de crise ? La position de la Commission évolue-t-elle ?

Je remercie d’avance, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre R. COLLIN 

 

Monsieur le Député, à l'occasion du Conseil des ministres de l'Agriculture du 18 juin, la France a proposé que les stocks de poudre de lait écrémé soient orientés vers l'alimentation animale, en plus des ventes mensuelles habituelles.

La Belgique et la Croatie ont soutenu la proposition française et l'Irlande est apparue ouverte sur cette question.

Cependant, le commissaire européen est resté sur ses positions antérieures. Il estime la proposition de la France trop complexe en termes de contrôle et de traçabilité. En outre, il indique que les ventes de poudre de lait n'ont pas affecté le prix moyen du marché.

Il a annoncé que ces ventes auront désormais lieu deux fois par mois au lieu d'une fois. L'approche de la Commission a été défendue par l'Italie, la Finlande, la Lituanie, les Pays-Bas et la Suède.

Au niveau wallon, le stock initial de lait écrémé en poudre était de 38 277,5 tonnes, dont 17 325 tonnes ont été vendues à ce jour, ramenant le stock à 20 952,5 tonnes.

En Flandre, le stock initial était de 27 955 825 tonnes et le stock actuel est de 14 038 825 tonnes.

Par ailleurs, la position de la Commission n'a pas évolué sur les outils de gestion de crise – à mon grand regret – pour ce qui est des propositions législatives relatives à la Politique agricole commune post-2020, puisque aucun mécanisme novateur n'est prévu.

Vous voyez donc que pour l'instant, je continue à m'insurger contre une forme d'immobilisme de la Commission qui, à mon sens, ferme encore trop les yeux sur les risques que continuent à constituer ces stocks qui, même s'ils ont diminué, n'en restent pas moins conséquents.

 

Réplique du Député J. ARENS

 

Je remercie M. le Ministre pour sa réponse.

Je suis heureux de voir qu'il reste très attentif à l'évolution de ces stocks qui auront inévitablement un impact important sur les prix futurs de notre production laitière importante en Région wallonne. 

Actions sur le document