Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales La valorisation de la qualité des produits wallons

La valorisation de la qualité des produits wallons

02 mai 2017 | Question orale de Fr. DESQUESNES au Ministre COLLIN - Réponse disponible

 
Monsieur le Ministre,


Notre Parlement est animé depuis plusieurs semaines par le débat sur les modifications de la législation sur le bien-être animal et les progrès qui sont proposés afin d’améliorer les conditions d’abattage.

On sait nos concitoyens particulièrement sensibles à ce débat et intéressés d’être informé sur les conditions de préparation des produits qu’ils achètent.

Notre région occupe une position de pointe en matière de bien-être animal et de respect de celui-ci. L’ensemble de la chaine de production en partant bien entendu des producteurs se mobilise pour respecter cette législation. Il convient donc de valoriser ce travail auprès des consommateurs au travers d’une information sur les produits.

Monsieur le Ministre :
- Au travers de ses campagnes d’informations, l’APAQ-W pourrait-elle valoriser ces avancées et ces efforts auprès des consommateurs ? Ceci afin de démontrer que nos producteurs fournissent, non seulement, des produits de hautes qualités mais, également, que ceux-ci respectent les critères les plus élevés de production.
- Ne pourriez-vous plaider auprès du Ministre fédéral des Consommateurs pour la mise en place d’un étiquetage plus précis des produits, en particulier ceux contenant de la viande, afin d’améliorer l’information du consommateur sur le respect de la législation sur le bien-être animal ?

Je remercie d’avance, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre R. COLLIN

 

Monsieur le Député, nous disposons en effet d'une législation de pointe en matière de bien-être animal. Nos éleveurs sont très attentifs à son application, d'une part, parce qu'il est dans leur intérêt économique d'apporter les soins adéquats à leurs animaux, d'autre part, parce que le respect de cette législation conditionne, entre autres, les aides qu'ils reçoivent de la PAC. J'ajouterai une troisième raison qui est inhérente à la mentalité des
éleveurs dont on sait qu'ils sont attachés à leurs animaux, quelle qu'en soit la destination finale.

Un étiquetage distinct ne se justifierait que dans le cas de systèmes de production incluant des exigences
supérieures aux exigences légales.

La mise en place d'un label spécifique au bien-être animal est une idée qui revient régulièrement et qui, bien que séduisante, n'a jamais été mise en pratique. Il est important de définir sur quel point de différenciation devraient se porter les conditions de ce label. En effet, l'objectif doit viser à améliorer la situation de l'ensemble des animaux et pas de créer les conditions d'un marché économique concernant une partie seulement des élevages. Comprenons-nous bien, je suis favorable à ce que nos éleveurs participent à des cahiers de charge différenciés, offrant des standards élevés pour la protection des animaux, mais je ne voudrais pas envoyer le signal qu'une partie des animaux élevés en Wallonie le seraient dans des conditions de bien-être au rabais.

Cependant, nous sommes bien conscients que des efforts de communication doivent être faits pour expliquer aux consommateurs les nombreux efforts fournis par nos éleveurs. C'est pourquoi la SoCoPro a développé des outils d'information tels que les cellules d'information Lait et Viandes. Via leur site Internet, celles-ci visent à répondre aux questions sur la production et la consommation de ces produits en Wallonie et à fournir une information scientifique. Ce canal peut servir à insister sur les efforts faits au quotidien par nos opérateurs en termes de bien-être des animaux.

En ce qui concerne la promotion, le rôle de l'APAQW est de mettre en valeur non seulement les productions
génériques, mais aussi les productions cadrées par des cahiers des charges de qualité différenciée.
Effectivement, si des avancées devaient être réalisées en matière de garantie du bien-être animal. Les productions
issues de nos élevages pourraient bénéficier d’un argument commercial utile à la compétitivité de nos éleveurs.

L’APAQ-W travaille actuellement avec la SoCoPro à l’examen de critères qui pourraient améliorer l’axe marketing des produits. Le cas échéant, ces critères de différenciation seront évidemment mis en évidence.


Réplique du Député F. DESQUESNES

 

Je pense vraiment, et je me permets d’insister, que les avancées que l’on a en Wallonie sur le bien-être animal doivent être valorisées.
C’est un atout commercial pour la valorisation de nos produits. Je pense que si le Parlement se prononce sur le
sujet dans les prochaines semaines, il faudra réfléchir à comment peut-on communiquer à l’attention des
consommateurs pour éviter que l’on ne tombe dans un excès de logique qui serait celui de dire que finalement les animaux souffrent et donc ne mangeons plus de viande. C’est vraiment à l’opposé de cela que nous devons nous trouver, connaissants, et vous l’avez souligné, non seulement aux efforts et à la qualité du travail des éleveurs wallons, mais également l’attention personnelle qu’ils y mettent à l’attention des animaux qu’ils élèvent.
 

Actions sur le document