Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le bilan et les perspectives du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas

Le bilan et les perspectives du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas

15 janvier 2019 | Question orale de M.-D. SIMONET au Ministre JEHOLET -Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 

La dernière édition du Consumer Electronic Show (CES) s’est tenue du 8 au 11 janvier 2019 à Las Vegas. Comme l’année passée, l’AWEx est de nouveau présente cette année au sein de ce salon qui constitue un évènement immanquable de l’innovation technologique à destination du grand public. L’AWEx est à cet égard la seule agence régionale du pays à y être présente.

En 2018, 14 entreprises wallonnes avaient fait le déplacement. Vu leurs retours très positifs par rapport à cet l’événement, vous indiquiez souhaiter que davantage d'entreprises et de start-up participent à ce salon mondial et international pour cette édition 2019.

Vous indiquiez par ailleurs que pour l’année 2017, 168 entreprises wallonnes avaient pris part à 18 actions organisées par l’AWEx dans le domaine du Numérique.

- Les 14 entreprises présentes lors de l’édition 2018 ont-elles sollicité d’autres aides de la Région wallonne ou bien ont-elles participé à d’autres évènements internationaux du type du CES ? A-t-on réalisé un suivi de ces entreprises, et notamment en ce qui concerne l’impact de leur présence au CES de l’année passée sur leur rentabilité ou leur chiffre d’affaires actuels ? Peut-on estimer que leur participation à l’évènement l’année dernière leur a permis d’accélérer leur croissance ?
- Pour l’année 2018, combien d’évènements relatifs au numérique ont-ils été réalisés par l’AWEx ? Combien d’entreprises y ont pris part ?
- Combien d’entreprises wallonnes ont pu aller au CES de cette année ? Quel en est leur feedback ?
- La Région a-t-elle participé financièrement pour l’obtention du stand ? Combien celui-ci a-t-il coûté ? Les différentes entreprises ont-elles participé également ?
- Quelle évaluation portez-vous sur l’édition 2019 ?
- La région wallonne sera-t-elle une nouvelle fois représentée en 2020 ?

Je vous remercie d’avance.

 

Réponse du Ministre JEHOLET

 

Merci, Madame Simonet.

Tout d’abord, il est important de rappeler que la présence, sur le CES, fait partie des actions internationales du Digital Wallonia, la stratégie numérique de la Région wallonne, dont l’AWEx est, dans le cadre de ce salon, le vecteur opérationnel.

Cette année, la délégation wallonne était composée de 15 entreprises, réparties sur deux stands Digital Wallonia, l’un composé de neuf PME, dans l’espace dédié aux pavillons internationaux et l’autre, composé de six start-up, qui étaient installées dans l’horeca parc dédié aux start-up.

En ce qui concerne le bilan de l’édition 2018, c’est l’AWeX qui réalise le feed-back des missions et, sur cette base valide, en collaboration avec les partenaires de Digital Wallonia, l’opportunité de reconduire l’opération, ce qui a été le cas en 2019. Je vous confirme, effectivement, la présence de 14 entreprises wallonne à cet évènement mondial parmi nos entreprises et start-up exposant à Las Vegas, il y a un an.

Un grand nombre d’elles ont également participé, en 2018, à d’autres salons et évènements internationaux, type CES. À titre d’exemple, je citerais : - le festival South by Southwest, à Austin ; - le salon NAB broadcast, à Las Vegas ; - le salon VivaTech, à Paris ; - Mobile World Congress, à Barcelone ; - le salon des jeux vidéos, à San Francisco.

Le bilan d’un tel évènement s’établit en termes de contrats signés qui suivent, généralement, dans un second temps, mais plus directement par la qualité du réseautage et de la visibilité rendue possible par un évènement d’une telle envergure. C’est aussi une formidable opportunité d’acquérir rapidement beaucoup d’expérience pour les start-up présentes.

Le véritable défi, pour nos entreprises, est d’ailleurs de montrer qu’elles peuvent, effectivement, participer à un évènement de ce type de manière crédible.

En termes de réseautage, cet évènement mondial est très important. Tout le monde technologique est présent à Las Vegas, ce qui n’a pas de prix pour nos entreprises et je dirais aussi que c’est un vecteur de vocation, aussi, pour les entreprises qui n’y participent pas, mais qui voient le retour, qui voient la présence de start-up ou d’entreprises wallonnes et qui peuvent se dire : « Finalement, pourquoi pas nous demain, si telle startup y a été ? »

Je pense que l’on en a beaucoup parlé et que cela a suscité de l’intérêt, aussi, d’entreprises qui n’y ont pas encore été et qui pourraient se montrer candidates.

En ce qui concerne la sélection des candidats, précisons que, la demande étant supérieure à l’offre, les critères sont quand même très « élitistes » par rapport à l’acceptation d’être présents sur les stands, là-bas. Dès lors, la demande était supérieure à l’offre et le seul fait d’être sélectionné est déjà une validation importante de l’expertise et de la maturité de nos entreprises sur le plan international.

Concrètement, quatre entreprises présentes en 2018 ont renouvelé leur participation en 2019 sachant que, concernant les start-up, la participation à répétition n’est pas le modèle prôné par le salon.

Quant à la participation des régions flamande et bruxelloise, elle est de leur responsabilité. Elles ont souhaité ne pas participer. Une start-up flamande avait manifesté le souhait que je puisse passer sur le stand. Je l'ai, bien évidemment, fait, mais c'est vrai qu'il n'y avait pas d'autre entreprise flamande ou bruxelloise.

Ma présence sur place s'inscrivait dans le renouvellement de la stratégie numérique de la Wallonie Digital Wallonia 2019-2024 et marquait la volonté du Gouvernement wallon de soutenir et de valoriser les compétences numériques wallonnes et de placer notre Région sur la carte numérique mondiale.

Mon premier constat est certainement l'incontestable bénéfice de notre présence en termes de réseautage et de visibilité pour la Région wallonne sur place et dans les médias.

Le CES agit comme une formidable caisse de résonance pour les entreprises wallonnes présentes et, de manière générale, pour l'ambition numérique de la Wallonie.

Le retour de nos entreprises est excellent. À nouveau, de nombreux contrats ou partenariats ont été conclus lors de cette édition, mais par souci de confidentialité je ne peux pas vous en dire plus.

J'ai été présent une journée sur place, le mardi, et dès la fin de journée toutes les entreprises, toutes les start-up me disaient la richesse des contacts qu'ils ont eus, que ce soit par rapport à des éventuels partenaires, par rapport à des éventuels clients, des éventuels fournisseurs, des éventuels investisseurs publics ou privés. Je pense que les contacts ont été très riches.

Notre ambition doit être de mobiliser encore davantage tout le potentiel de la Wallonie à l'exportation, singulièrement dans des domaines à très haute valeur ajoutée, comme le numérique.

C'est d'ailleurs dans ce cadre que nous avons mis en place une représentation internationale permanente pour le numérique à l'étranger au travers des Up digital Wallonia International, leur rôle étant notamment de faciliter l'arrivée de nos entreprises et start-up à l'étranger.

Actuellement, ce réseau couvre San Francisco, Barcelone, Chen Zhen, Montréal, Berlin, Tel-Aviv, Singapour, Paris, Londres et Stockholm.

L'opération CES représente, pour l'AWEx, un budget de 180 000 euros. On peut considérer que c'est beaucoup, on peut considérer aussi que c'est très peu via les retombées d'une telle présence dans un salon réputé mondialement. C'est vrai que c'est Las Vegas, mais bon. Quand vous y allez, ce n'est pas comme si vous alliez à Berlin. J'ai pu constater que les fantasmes étaient un peu différents. Je n'ai pas de mérite, je ne suis pas joueur donc je n'ai pas joué.

C'est évidemment un budget qui peut paraître conséquent, mais habituel pour ce genre de foire internationale. Comme je l'ai déjà mentionné, participer à ce genre d'événement mondial est une réelle opportunité pour nos entreprises, tant au niveau du business que pour le réseautage.

Des chiffres du CES parlent d'eux-mêmes : 4 400 exposants, plus de 185 000 visiteurs. Je pense que le CES est vraiment the place to be pour tout ce qui concerne les technologies du futur parce que ce sont vraiment les technologies du futur.

C'est vrai qu'il y a parfois certains gadgets, mais je pense que la qualité des exposants, la qualité des projets, la qualité des technologies est vraiment impressionnante. C'est le plus grand rendez-vous mondial de la TEC. Dans ce cadre, se frotter à la concurrence mondiale ne peut être qu'une source de développement positif pour nos entreprises.

J'ai également été très impressionné par la qualité de nos exposants wallons. Cette présence wallonne a d'ailleurs été soulignée par les différents médias présents et même bien au-delà de nos frontières. J'en veux pour preuve différents reportages de TV5 Monde soulignant nos différentes compétences et la présence forte de notre Région et cela, au regard de la francophonie en particulier.

Je peux vous dire qu'il y avait 400 exposants au niveau français, mais on n'a pas à rougir de la qualité de nos 15 exposants. Je pense que la France a une grande partie de communication, mais en termes de qualité des projets, on n'a certainement pas à rougir.

J'ai aussi eu l'occasion de rencontrer les hauts responsables de la Région Grand Est, mais également le nouveau ministre québécois de l'Économie et de l'Innovation afin de renforcer nos liens avec ces différents partenaires de la francophonie.

Je le répète, nous avons fait des choix stratégiques ambitieux et ma visite sur place confirme que ces choix sont judicieux et surtout indispensables pour nos entreprises wallonnes et que c'est le choix du Gouvernement. Raison pour laquelle l'AWEx et Digital Wallonia seront à nouveau, Madame Simonet, présents au CES en 2020. 

 

Réplique de Madame SIMONET 

 

Merci, Monsieur le Ministre, pour ces éléments de réponse. Une réponse complète, votre sentiment aussi sur place. Vous n'êtes pas resté des semaines, il n'y en avait pas besoin. C'est aussi un investissement humain. Ce n'est pas si facile de faire des aller-retour comme cela, mais je pense que c'est important.

Le retour média a été très bon, ici. Il y a eu vraiment un retour important et vous faites la comparaison des 400 entreprises françaises qui sont sûrement talentueuses, mais nos 15 sont de très bons entrepreneurs.

Je forme le vœu, puisque les places sont comptées, que nous en ayons des autres, qu'il y ait un turnover sain et je me réjouis que la version 2020 soit déjà envisagée. C'est vrai que c'est un budget important, mais dans ces salons-là, soit on participe et on le fait bien, soit on ne participe pas du tout et il vaut mieux faire tout à fait autre chose. 

Je crois que c'est bien de le faire comme cela et je me réjouis de ce que vous nous confirmiez que déjà les entreprises étaient vraiment contentes et que des contacts - des contrats, tant mieux aussi - aient pu être noués. C'est aussi, comme vous l'avez dit, un faire valoir et cela peut donner l'envie à d'autres de se lancer, d'essayer d'y aller. 

Actions sur le document