Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le Canal Seine-Nord Europe et le Pont des Trous

Le Canal Seine-Nord Europe et le Pont des Trous

02 juillet 2018 | Question orale de V. WAROUX au Ministre C. DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 

L’enquête publique sur le permis d’urbanisme concernant la destruction du Pont des Trous, à Tournai, s’est clôturée le 17 mai. De nombreuses réclamations ont été envoyées à l’administration, ainsi que des pétitions, dont celles de Pasquier-Grenier, Archeologia et les « Amis de la Citadelle ». Une réunion de concertation, avec cinq représentants des réclamants qui s’opposent à l’atteinte à l’image historique et emblématique de cette « porte d’eau » patrimoniale, s’est tenue fin mai à l’administration communale. Ces représentants en ressortent déçus, avec le sentiment d’avoir pu exposer leurs arguments dans le respect des procédures légales, mais sans prise en compte de ceux-ci.

Ils lancent d’ailleurs une alerte ICOMOS, conseil international des monuments et sites, pour dénoncer cette « atteinte au patrimoine ». Ils craignent toujours que le projet Canal Seine Nord ne soit pas financé côté français, et réclament d’attendre le début des travaux avant de détruire le Pont des Trous. Et, si celui-ci doit se faire, ils réclament une adaptation des arches en pierre, dans une version plus respectueuse de l’identité du pont, ou un petit contournement, pour lequel les financements ne sont pas prévus.
Dans la presse, Franck Dhersin, vice-président chargé des transports et des infrastructures liées au transport pour la région des Hauts-de-France assure qu’il y a un accord politique pour le canal Seine-Escaut. Le gouvernement français doit encore approuver la transformation de la Société Nationale Canal Seine-Nord-Europe en société régionale ainsi que l’affectation du financement. Toutefois, un calendrier des travaux est annoncé : début du chantier au second semestre 2020 et inauguration au premier semestre 2027. Soit plusieurs années de décalage avec le Pont des Trous, dont le début des travaux est prévu au 2e trimestre 2019 et la fin, au 4e trimestre 2020.

Monsieur le Ministre,

- Les arguments des réclamants ont-ils été suffisamment respectés, entendus et analysés ?
- Êtes-vous informé de cette alerte patrimoine Icomos, et quelle est votre réaction ?
- Avez-vous eu des contacts directs avec les élus en charge du canal Seine-Nord en France ? Avec-vous eu une confirmation de ce planning annoncé dans la presse ?

Je vous remercie. 

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO 

 

Madame la Députée, il s'agit effectivement de la quatrième phase d'un projet plus large de mise à gabarit de l'Escaut à Tournai. L'enquête publique sur le réaménagement du Pont des Trous à Tournai s'est effectivement clôturée le 17 mai. Comme dans toute procédure urbanistique, la parole est laissée aux citoyens et les associations dans la procédure. Comme bien souvent, tous les points de vue ne peuvent être réconciliés.

Tout en respectant les avis des réclamants, je me dois aussi de rappeler que beaucoup d'associations et de citoyens que vous citez ont été conviés, en son temps, à prendre part au processus participatif « Au tour du Pont » organisé entre mars et décembre 2016 par la Ville de Tournai.

C'est en effet au cours de ce processus qu'a été finalisée l'esquisse architecturale du futur Pont des Trous, telle que soumise à demande de permis d'urbanisme. Dans une volonté de laisser au terrain tournaisien le choix de l'option retenue, celle-ci résulte à la fois de la consultation populaire du 25 octobre 2015 et de ce processus. Il ne m'appartient pas ici de revenir sur ce choix. A fortiori parce qu'il fut avalisé à l'unanimité par le Conseil communal de Tournai le 27 juin 2016, et transmis dans la foulée par ce dernier à mon prédécesseur Maxime Prévot.

Il s'agit d'attendre désormais l'avis du Conseil communal de Tournai sur la modification du plan d'alignement, comme ce fut le cas pour le quai SaintBrice. Ici, cependant, ladite modification amène la Ville de Tournai à regagner de la surface utile sur le fleuve, puisque deux promenades surplombant l'Escaut seront sous les deux arches latérales. La délivrance du permis phase quatre est attendue pour le premier trimestre 2019.

Les travaux de la phase quatre devraient donc débuter en 2019 et se terminer en 2020.

Je tiens également à rappeler qu'indépendamment de la réalisation du canal Seine-Nord, la mise à gabarit à la classe 5A 2 000 tonnes du haut Escaut constitue un enjeu économique et environnemental spécifique pour la Wallonie, même indépendamment des travaux du côté français. Il ne serait ni opportun ni judicieux de conditionner la reconfiguration du Pont des Trous à la réalisation du canal Seine-Nord alors que la Wallonie s'apprête à se fixer, à l'horizon 2030, un taux passant de 14 à 18 % en termes de report modal dans le transport de marchandises par la voie d'eau et, ce, au détriment du transport par route.

Attendre le creusement effectif du canal serait également freiner l'utilisation de la voie d'eau par de nombreuses entreprises wallonnes et de Wallonie picarde et limiter l'utilisation des terminaux logistiques implantés notamment à Bruyelles, Vaux et Pec, soit de part et d'autre de la traversée de Tournai.

Cependant, tout comme vous, je demeure attentif à l'actualité du canal Seine-Nord dans une optique macroéconomique. Sur ce point, tous les signaux que je décèle sont au vert. Des marchés de maitrise d'ouvrage pour plus de 86 millions d'euros sont lancés. Des travaux de sondage géotechniques et d'aménagements environnementaux sont en cours. Des échanges et remembrements de terrains sont initiés.

Nous n'avons pas été officiellement avertis du lancement de cette alerte ICOMOS. J'en prends bonne note, mais je ne la commenterai pas ici, faute d'éléments concrets à ce sujet.

 

Réplique de la Députée V. WAROUX

 

Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse. C'est vrai que les personnes qui déposent cette alerte ont participé au processus de 2016. Les esquisses qui avaient été présentées à l'époque, qui me semblaient être plus que légères, et tout à fait inadmissibles par rapport à l'enjeu, ont été avalisées.

De plus, vous rappelez que le Conseil communal a validé aussi l'option Mac Donalds. Maintenant, ce sont les mêmes élus qui partent au combat électoral en se mettant en opposition par rapport aux derniers projets qu’eux-mêmes ont validés. C'est assez tordu localement.

Je me pose la question de la fin des travaux pour 2020, pour le Pont des Trous, quand tout à l'heure, nous entendions qu'il fallait qu'il soit terminé pour fin 2019. Il faut savoir que les fameuses classes 5 A, les plus de 2000 tonnes, passent déjà dans Tournai et que l'on signale, peut-être, à l'avenir des problèmes de tirant d'eau, de profondeur de l'Escaut en tant que telle.

Des questions restent en suspend par rapport à ce dossier, qui a été géré d'une façon particulière, mais je dirais aussi regrettable. On est passé à côté de belles occasions de faire quelque chose d'extrêmement intéressant. On parle maintenant des aménagements aux abords du Pont des Trous, mais il y avait moyen, encore une fois, de dessiner cela avec beaucoup plus d'ambition, comme sur le modèle de Courtrai. 

 

 

Actions sur le document