Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le centre de maintenance de Ryanair à Charleroi et la mise en relation avec le projet CATalyst 4 Charleroi

Le centre de maintenance de Ryanair à Charleroi et la mise en relation avec le projet CATalyst 4 Charleroi

16 mai 2017 | Question orale de V. SALVI au Ministre MARCOURT - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Ryanair a récemment fait part de sa volonté d’implanter son nouveau centre de maintenance à Charleroi, sur un terrain de 7.000 mètres carrés à côté de l’aéroport et appartenant à la SONACA. Cette volonté a été confirmée par le Président du conseil d’administration de l’aéroport, Laurent Levêque. C’est une excellente nouvelle pour Charleroi de voir que son attractivité dans le domaine de l’aéronautique continue de se renforcer.


Je souhaite faire le lien avec le plan CatCh qui vise à reconvertir le site de Caterpillar et dont le secteur aéronautique est précisément l’un des quatre axes à haut potentiels que le plan a pour objectif de développer.
Une stratégie est-elle en train de se mettre en place en vue de créer des synergies avec ce nouveau centre de maintenance ? Est-il prévu d’associer des entreprises locales et le pôle de compétitivité en vue de maximiser l’effet d’entrainement du nouveau centre de maintenance sur l’économie locale ? Quelles sont vos pistes afin d’arriver à cet objectif ?


Parallèlement, avez-vous concerté votre collègue Madame la Ministre Tillieux afin d’adapter les centres de formation aux compétences qui seront demandées par le nouveau centre Ryanair ? L’objectif d’une telle approche serait double : d’une part de permettre aux citoyens wallons qui passeront par ces filières de répondre directement aux exigences du centre, avec un impact maximal sur l’emploi, et d’autre part de renforcer l’attractivité et la compétitivité de Charleroi autour de compétences d’excellence.

Enfin, je souhaiterais connaître l’état des négociations entre le BSCA, la Sowaer et la SONACA à propos du rachat ou de la mise à disposition du terrain qui appartient à ce jour à la SONACA. Celle-ci est-elle favorable à l’accueil du centre Ryanair ?

D’avance merci pour vos réponses.

 

Réponse du Ministre JC MARCOURT 

 

Madame la Députée, en effet, l'axe stratégique du plan CatCh lié au développement de l'industrie manufacturière de pointe se décline en plusieurs chantiers, centrés sur l'innovation dans l'industrie et le développement de l'activité de maintenance dans l’aviation.

Plus précisément, l'objectif stipulé dans le Plan est le suivant et je cite : « Capitaliser sur l'expertise présente et ainsi, attirer un centre de maintenance pour les avions civils et renforcer la position dans la maintenance militaire ».

Si le projet de Ryanair se concrétise, il s'intègrera donc naturellement dans le projet CatCh. La cellule spécifique dédiée à la mise en œuvre du Plan – qui associera en outre BSCA – s'emploiera, en partenariat avec « Charleroi Entreprise », à maximiser les synergies avec les entreprises locales.

Au-delà, il s'agit également de positionner plus généralement la Wallonie, et bien sûr Charleroi, à plus long terme sur les nouveaux programmes de maintenance militaire et non militaire.

En ce qui concerne les programmes militaires, j'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur les actions que nous menons avec les industriels, les équipementiers et le Fédéral pour promouvoir les compétences de nos entreprises dans le cadre des investissements envisagés par la Défense.

Enfin, les contacts entre la SONACA, BSCA et SOWAER visent à la fois l'occupation du terrain, afin d'étudier les modalités juridiques et financières relatives à celle-ci, mais également les études techniques, qui sont en cours avec Ryanair, quant à leurs besoins en termes d'infrastructures ou de ressources humaines.

En ce qui concerne le besoin en compétences spécifique, la Wallonie dispose d'outils de formation performants qui peuvent répondre aux besoins en compétences d'un centre de maintenance des avions. Les centres de compétence Technocampus et WAN, tous deux installés sur le zoning Gosselies, fournissent soit en catalogue, soit à la demande, toutes formations liées à la maintenance des avions : moteurs, mais également informatique embarquée, construction et logistique.

Ces deux centres de compétence, mais aussi Technifutur à Liège, disposent ensemble des agréments du secteur de l'aéronautique, qui est particulièrement réglementé.

Les centres de compétence ont, depuis l'installation de Ryanair à Charleroi, des collaborations structurelles avec celle-ci, par exemple, pour la formation du personnel de cabine et de maintenance, voire des pilotes. Si des besoins de compétence spécifiques sont identifiés, des formations complémentaires pourront bien entendu être proposées au sein de ces centres de compétence, en partenariat avec le FOREm.


Réplique de la Députée V. SALVI

 

Je trouve qu’il y a pas mal de bonnes nouvelles à travers l’installation et l’arrivée de ce centre de compétence. Je pense effectivement que si on se parle et si on peut créer les synergies, ce ne sera évidemment que positif – vous l’avez souligné – pour l’ensemble de la Région wallonne et plus particulièrement pour Charleroi.

Concernant les centres de compétences, je prends bien note du fait qu’il y a des possibilités de formations à la demande et qu’effectivement les formations pourront être adaptées en fonction des demandes spécifiques de Ryanair. J’ose espérer que dans ce dossier – tout comme d’autres – les synergies, la communication et le dialogue permettront effectivement de dégager les moyens nécessaires pour le développement de notre Wallonie et pour la création d’emploi.
 

Actions sur le document