Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Savine Moucheron

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Valentine BOURGEOIS

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le Guide des dépenses éligibles destiné aux associations actives dans l’emploi et la formation

Le Guide des dépenses éligibles destiné aux associations actives dans l’emploi et la formation

18 décembre 2018│Question orale de B. DREZE au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 
Vous avez soumis au gouvernement un avant-projet d’arrêté relatif au Guide des dépenses éligibles destiné aux associations subventionnées pour leurs activités dans le domaine de l’emploi et de la formation. Les MIRE, les CISP et les SAACE ont émis un avis très critique et imprégné d’inquiétudes exprimées depuis plusieurs mois.

En substance, l’avant-projet présenterait une rigidité excessive quant aux obligations de justification des dépenses. Au point de compromettre l’efficacité des actions menées par les structures, voire de mettre en danger leur survie.

Les opérateurs évoquent une « équation impossible », entre les dépenses qui deviennent inéligibles (par exemple les avantages consentis au personnel) et l’interdiction de constituer des fonds propres par la déduction de toutes les recettes.

Se voulant exhaustif, le texte est cependant peu clair sur des points cruciaux, comme l’éligibilité des charges d’intérêt.

Autre point litigieux : l’obligation, dans le décompte récapitulatif, de présenter l’ensemble des dépenses, y compris celles prises en charge par d’autres pouvoirs publics, supportées sur fonds propres ou non éligibles.

A titre exemplatif, on s’interroge sur la proportionnalité de la charge administrative que représente la justification et le montant de certaines dépenses, telles que les frais de café, thé et eau exposés pour des réunions avec des intervenants extérieurs !

- Ne peut-on s’émouvoir d’une rigidité excessive, contre-productive, qui semble inspirée par un soupçon de fraude plus que par un esprit de confiance et un souci d’efficacité ?

- Est-il légitime de priver les associations de toute marge d’appréciation s’agissant de déterminer les dépenses utiles à la réalisation de leurs activités ?

- A la lumière des avis, peut-on espérer un assouplissement du texte pour son examen en deuxième lecture ?

Je vous remercie.

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous : 

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2018_2019/CRAC/crac55.pdf

 

 

Actions sur le document