Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le label Belbeef

Le label Belbeef

05 décembre 2018 | Question de Fr. DESQUESNES au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


La VRT a pu avoir accès aux conclusions d’un test interne mené par le Conseil d’administration du label Belbeff sur la traçabilité de la viande bovine vendue sous ce label dans les supermarchés. Cette enquête a mis en évidence qu’il est impossible de retracer l’origine d’un tiers de la viande qui affiche le label « Belbeef » et qui se trouve dans nos supermarchés. Pourtant « Belbeef », label de qualité de la Fédération Belge de la Viande (Febev), doit garantir au consommateur qu’il mange bien un morceau de viande 100% belge. L’exercice de traçabilité mené par la fédération donne des résultats effarants. Sur 34 prélèvements, seules 18 oreilles étaient disponibles et parmi celles-ci seules 12 affichaient une concordance.


Si aucun problème de sécurité alimentaire, il faut le souligner, n’a été soulevé, il est naturellement regrettable que ce label ne respecte pas l’objectif qui lui était confié : recréer un lien de confiance auprès du public et favoriser la consommation d’une viande locale. Pour mémoire, la Wallonie avait d’ailleurs soutenu au travers de l’APAQ-W ce projet avec un budget réservé de 200.000 euros.
Les responsables annoncent un contrôle d’envergure avec la collaboration de tous les maillons de la chaine.

 

Monsieur le Ministre :


- Avez-vous pu prendre connaissance de ce rapport ?
- Allez-vous interpeller le label « Belbeef » et la Febev sur ce dossier afin que les mesures nécessaires soient mises en œuvre, notamment une renforcement des procédures de contrôle, pour que la viande vendue sous le label « Belbeef » soit à 100% d’origine locale ?
- Pouvez-vous faire le point sur le soutien que la Wallonie apporte à la promotion de ce label ? Une révision de cette collaboration est-elle envisagée, suite aux derniers événements ?

Je vous remercier pour vos réponses,

 

Réponse du Ministre R. COLLIN 

 

L’ASBL Belbeef existe depuis 1995 et a été officiellement reconnue en tant qu’organisation interprofessionnelle du secteur de la transformation de la viande par les trois Régions cette année. Cette ASBL est le gestionnaire du standard Belbeef. Elle offre un système de certification rassemblant toutes les exigences communes des différents distributeurs et est basée sur le système d’autocontrôle. Elle comprend tous les maillons de la production belge de viande bovine. L’objectif est de réduire et rationaliser, pour les agriculteurs, le nombre de contrôles, le nombre d’analyses, les coûts qui y sont associés.

L’article de la VRT est issu d’un rapport qui a fuité dans la presse. Il s’agit d’un document de travail présenté lors d’une réunion à la Fédération belge de la viande en vue de discuter avec les abattoirs de tous les manquements constatés durant un exercice de traçabilité, et ce, en vue de mettre en place des mesures correctives avant l’organisation d’un nouveau test.

Ce rapport ultra synthétique a été diffusé comme tel par la VRT sans demander d’explication à Belbeef et en tirant ses propres conclusions qui, une fois de plus, mettent à mal le secteur de la viande bovine. La VRT aurait d’ailleurs reconnu que son interprétation était exagérée.

Tout n’est pas parfait comme on pourrait l’espérer pour un standard qui veut garantir la traçabilité du début à la fin de la chaîne. C’est pourquoi des mesures correctives doivent être prises rapidement et un nouveau test sera réalisé.

Je souhaite insister sur l’importance de recréer un lien de confiance auprès du public et de favoriser la consommation locale. L’enregistrement dans la base de données liée à Sanitel permet de garantir que la viande est issue d’animaux nés et élevés en Belgique, mais il est important que tous les outils soient mis en place pour arriver à ce que, par un simple clic, on puisse identifier l’éleveur derrière le produit dans l’étal.

L’APAQ-W mène, depuis trois ans, des actions conjointes avec le VLAM pour la promotion de la viande bovine à la hauteur de 242 000 euros. Au départ, ces actions étaient directement liées à Belbeef, mais très vite, il en est ressorti que trop peu de distributeurs reprenaient effectivement le logo sur les emballages. L’approche a donc été revue et la promotion réorientée vers des actions pour ce que l’on appelle « la viande de chez nous », la collaboration avec le VLAM est maintenue pour cette promotion en 2019 et se fera à hauteur de 121 000 euros.

 

Réplique du Député F. DESQUESNES 

 

Je voudrais remercier M. le Ministre. Je pense vraiment que le consommer local, le manger local sont des éléments extrêmement importants, à la fois parce qu’ils remettent de la valeur ajoutée dans les exploitations et les élevages chez nous et, également, parce que cela évite que les animaux ou les viandes ne fassent la moitié du tour de la Terre avant d’arriver dans nos assiettes.

Bien sûr, les circuits courts, les ventes directes sont une partie de la solution, mais l’autre partie passe par les grandes surfaces et là il faut que les labels qui sont mis en place, dont celui de Belbeef, soient irréprochables.

Alors, à la fois – et vous avez un petit peu relativisé ce que la VRT a, semble-t-il, reconnu au travers un peu de la traduction qu’elle a faite de ce rapport, que le problème est plus limité qu’annoncé –, il n’empêche, ce type de labels doit être absolument irréprochable et ce type de rapport doit nous engager dans nos relations avec ce type d'association à relever le niveau d'exigence. 

 

Actions sur le document