Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le processus de décontamination des poussières irradiées sur le site de Duferco Wallonie

Le processus de décontamination des poussières irradiées sur le site de Duferco Wallonie

12 décembre 2017 | Question orale de F. DESQUESNES au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

 Monsieur le Ministre,


Depuis septembre 2011, une quantité importante de 320 tonnes de poussières faiblement radioactives sont stockées dans des barils sécurisés dans un hangar confiné. C’était la conséquence d’un incident survenu à l’époque lorsqu’une source de césium 17 avait été introduite dans un des fours, irradiant de la poussière métallique. Depuis, Duferco Wallonie a reçu l’autorisation de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) pour le retraitement des déchets.


Un processus a été trouvé visant à réduire la quantité de matières. Le principe vise à passer la poussière contaminée dans une solution aqueuse pour capter le césium 137 et l’enfermer dans une résine. Celles-ci pourront ensuite être enlevées et traitées par l’Ondraf, l’organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies, seul organisme habilité à pouvoir traiter les déchets radioactifs.

Les coûts de cette opération s'élèvent à quels montants pour l’entreprise Duferco Wallonie, détenue à 49 % par la Sogepa ? La présence de ces éléments radioactifs était-elle connue de la Région lors de l'achat des parts de Duferco Wallonie ou la cession des propriétés à Duferco Wallonie? Le coût de l’opération a-t-il été pris en compte dans l'évaluation du prix d'achat ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

 

Réponse du Ministre JEHOLET 

 

Monsieur le Député, suite à l'enfournement accidentel d'une source de césium 137 dans le four électrique en septembre 2011. Duferco Belgium stocke sur son site de La Louvière environ 320 tonnes de déchets très faiblement radioactifs. Il s'agit des poussières issues du nettoyage du système de filtration de l'aciérie.
Actuellement, en Belgique, il n'existe pas d'installations prévues pour stocker sur le long terme des déchets pondéreux très faiblement radioactifs ni d'installations pour traiter ces poussières.
L'Agence fédérale de contrôle nucléaire a dès lors délivré une autorisation de détention et de stockage temporaire de ces poussières en attente d'élimination et/ou de traitement. Cette autorisation précisait
notamment que Duferco Belgium devait déployer les moyens nécessaires afin de trouver une solution applicable au traitement des poussières contaminées.
Pour autant qu'une solution de traitement soit identifiée, une demande d'autorisation de traitement des poussières contaminées devait être introduite auprès de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire.
Suite à des études menées en collaboration étroite entre les autorités compétentes, des spécialistes et Duferco Belgium une solution de traitement a été retenue. Celle-ci permet de réduire considérablement le volume de matières à stocker sur le long terme par l'ONDRAF, l'Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies.
Je vous passe les détails de la technique mise en œuvre, si vous le voulez bien. Les tests réalisés ont démontré la très bonne performance de la solution technique retenue.
Le traitement aura dès lors pour objectif de concentrer l'activité dans une vingtaine de fûts de 200 litres. Ces fûts seront pris en charge par l'ONDRAF et les poussières traitées ne dépassant plus le seuil de libération seront évacuées vers les filières adéquates.
Le concept de l'installation et les opérations seront vérifiés, validés et supervisés par les autorités compétentes. Celles-ci superviseront également la décontamination finale de l'installation et du hall de traitement. Au niveau administratif, ce traitement est désormais autorisé par deux permis.
Enfin, sur le plan économique, les coûts de ce traitement seront pris en charge par Duferco Belgium et plus précisément par son seul actionnaire privé, le groupe Duferco qui s'y est engagé dans le cadre de la fermeture de ses activités sidérurgiques à La Louvière.
Ni la société Duferco Wallonie, ni la SOGEPA également actionnaire, ne subissent dès lors d'impact économique relatif à ce sujet. Je reconnais la prudence de la SOGEPA dans le traitement de ce type de dossier en amont et je pense que la prudence aujourd'hui démontre qu'elle était bien utile évidemment pour que ce ne soit pas aux frais des pouvoirs publics, quels qu'ils soient.
 

Réplique du Député F. DESQUESNES

 

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, à la fois pour vos réponses rassurantes en ce qui concerne les risques liés à l'environnement et à la santé et que toutes les précautions sont effectivement prises et que les normes ont été respectées d'une part, ou seront respectées et que, d'autre part, effectivement, il ne revient pas à la Région wallonne d'assumer les problèmes liés à une exploitation générée par une entreprise privée à laquelle elle ne participait pas.
 

Actions sur le document