Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le stress des usagers dû aux longs trajets

Le stress des usagers dû aux longs trajets

— Mots-clés associés : , , ,

24 mai 2018 | Question orale de I. MOINNET au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Une étude britannique de l’Université de Cambridge a récemment publié une étude sur les risques liés à un trajet en voiture trop conséquent. Selon ces chercheurs, les travailleurs qui passeraient plus d’une heure et demi sur la route auraient plus de risques de développer une dépression. Ce stress constituerait donc un facteur explicatif du burn-out en s’ajoutant aux difficultés professionnelles et familiales.

Les causes du stress des travailleurs venant en voiture sont multiples : embouteillages, sursimulation sonore et visuelle, temps de trajet incertain, retards, …

En moyenne, le travailleur wallon passe chaque jour 51 minutes dans sa voiture (plus d’une heure pour 21% d’entre eux), le tiers du trajet se déroulant dans les embouteillages. Cette durée est amplifiée lorsqu’il faut pénétrer une ville de taille moyenne.

Selon Touring, cette tendance s’explique par les accidents, l’augmentation du nombre de camions, l’engorgement des artères principales, … et entraîne chaque jour 310km d’embouteillages

Le travailleur peut également être en état d’épuisement à cause de ces trajets. Des symptômes tels que des vomissements, de la diarrhée, de l’anxiété, des palpitations, une tension élevée, … peuvent alors apparaitre.

Monsieur le Ministre, une campagne de sensibilisation, en collaboration avec l’AWSR, sur les risques liés à la durée des trajets en voiture est-elle prévue ?

Quelle sont les leviers d’action permettant la réduction des heures d’embouteillages sur les routes de Wallonie ?

L’imprévisibilité, une des causes de ce stress, pourrait-elle être réduite via une meilleure information à destination des usagers ?

D’avance je vous remercie pour vos réponses,

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO 

 

Madame la Députée, dans notre société actuelle, le stress s'infiltre insidieusement et crée des ravages qui sont souvent sous-estimés, comme vous l'avez énoncé dans votre question.

À cet égard, en ce qui concerne toute la pression sur le monde travail et liée au stress du trajet, une diffusion des informations quasi instantanées sur le trafic routier contribue à réduire le stress. Le nouveau centre Perex 4.0 actuellement en construction contribuera grandement à améliorer le trafic sur les routes et autoroutes de par son équipement à la pointe en matière de collecte et de diffusion de l'information. Les nouvelles applications comme c-roads, véhicules connectés, permettront de réduire aussi le stress par une gestion de certains paramètres du véhicule, comme le freinage d'urgence.

Pour rappel, j'ai lancé, avec la SOFICO et le Service public de Wallonie, le 12 mars dernier, le plan ITS, système intelligent de transport. Les grands axes de celui-ci sont la sécurité, la fluidité, la gestion du trafic et l'information aux usagers.

Par ailleurs, en tant que ministre de la Mobilité, je m'efforce d'offrir des alternatives à la voiture, via les transports en commun ou le covoiturage qui constitue l'une des alternatives à la voiture individuelle en matière
de mobilité. Tout cela est repris dans la vision Fast pour la mobilité wallonne à l'horizon 2030 adoptée par le
Gouvernement en octobre 2017, sur ma proposition.

Dans cette perspective, à titre d'exemple, je souhaite activer, au plus tard début 2019, l'expérience pilote d'une bande de circulation réservée aux voitures occupées par quatre personnes ou plus.

À côté de cela, les entreprises pourraient elles aussi avoir un rôle à jouer en permettant plus de travail décalé ou de télétravail.

Sur le plan des campagnes routières, celle qui devrait avoir un impact bénéfique contre le stress est celle intitulée : « Laissez-vous gagner par la courtoisie » ou celle organisée sur la thématique de la fatigue.
 

Réplique de la Députée I. MOINNET

 

Je remercie M. le Ministre pour sa réponse complète. Je vois qu'il prend les choses en main puisqu'il y a plusieurs projets qui ont déjà été mis en place ou qui seront développés dans les prochains mois. Je pense notamment aux bandes de covoiturage, qui seront mises en place l'année prochaine, permettant à plusieurs personnes de voyager ensemble.

Il me semble que cette question relative au stress doit être discutée dans une réflexion plus globale, d'amélioration de la sécurité routière. Dans l'adoption du nouveau Code de la route, cela doit prendre une part
importante dans la réflexion.

J'entends que plusieurs mesures ont été prises, notamment avec le centre Perex, qui collecte des informations en direct permettant de réduire le stress des différents automobilistes.

Il y également le plan Fast, comme vous l'avez rappelé, ainsi que le plan ITS au niveau de la sécurité.

Ce sont toutes de bonnes initiatives permettant de limiter les stress des automobilistes lors de leurs déplacements vers le travail.

Je vous remercie pour vos réponses.


 

Actions sur le document