Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Le suivi de l’impact du brexit sur les entreprises wallonnes

Le suivi de l’impact du brexit sur les entreprises wallonnes

27 mars 2018 | Question orale de M-D SIMONET au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Une étude du cabinet Deloitte indique que la Belgique est le 4e pays de l'UE, après l'Allemagne, la France et les Pays-Bas, le plus susceptible d'être affecté par le Brexit. Deloitte suggère aux entreprises belges de « se préparer au pire dès maintenant ».


Le Royaume-Uni représente l'un des 5 principaux partenaires de la Belgique à l'exportation : le total des exportations belges vers le Royaume-Uni s'élève à près à 32 milliards d'euros, soit près de 9 % du total des exportations belges.


La Belgique occupe de la sorte le 4e rang des 27 pays de l'UE en termes de risques économiques engendrés par le Brexit. La Flandre est naturellement la plus exposée, sachant que les exportations flamandes à destination du Royaume-Uni composent 80 % des exportations totales belges vers ce pays.


La Wallonie est moins exposée mais pourrait toutefois être menacée au niveau des secteurs du bois, de la pierre, du verre, des équipements médicaux et des armements. L’industrie chimique et pharmaceutique est également concernée puisque ce secteur concerne 20 % des exportations belges vers le Royaume-Uni.
Deloitte rappelle qu’il y a deux scénarios pour le Brexit, une version dure et une version douce, et de multiples variations possibles dans les deux cas. Quel que soit le scénario retenu, les entreprises belges, tant celles qui commercent avec le Royaume-Uni que celles qui y sont implantées, seront confrontées à une augmentation du coût de leurs activités.


Deloitte recommande dès lors aux entreprises belges de se préparer en analysant toutes les conséquences potentielles pour elles et en préparant un plan d'action "couvrant les processus, les systèmes et le personnel".

Monsieur le Ministre, les entreprises belges sont-elles en mesure de se préparer conformément aux recommandations de Deloitte ? La Région wallonne peut-elle leur apporter un appui ? Quelles sont les pistes possibles pour soutenir nos entreprises dans ce cadre ?

Je vous remercie d’avance.

 

Réponses et répliques voir lien ci-dessous : 

nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2017_2018/CRAC/crac122.pdf

 

 

Actions sur le document