Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les bornes de rechargement pour véhicules électriques

Les bornes de rechargement pour véhicules électriques

15 mai 2017 │ Question orale de V. SALVI au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Dans le cadre de la mobilité douce et plus respectueuse de l’environnement, de nombreuses initiatives ont déjà été prises par vous-même ou votre administration afin de promouvoir notamment les véhicules électriques. Ainsi, il y a quelques mois, en janvier 2017, vous sortiez une intéressante note intitulée "la mobilité de demain - verdissement de la flotte publique wallonne ".

Pourtant, beaucoup d’utilisateurs se questionnent encore sur les possibilités qui peuvent leur être offertes à ce niveau. Ainsi, il semble que peu de solutions soient proposées jusqu’à présent en ce qui concerne les possibilités de rechargement de ces voitures et singulièrement en centre-ville.
C’est pourquoi beaucoup d’utilisateurs renoncent donc à orienter leurs achats vers un véhicule électrique et optent à nouveau pour des voitures à essence.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous aujourd’hui nous faire le point sur le sujet ? Etes-vous interpellé par des communes pour la mise en place de bornes ? Avez-vous l’intention de mettre en place une promotion particulière des véhicules électriques qui pourra répondre aux questions que se posent encore aujourd’hui de nombreux citoyens ? Qu’en est-il aujourd’hui de votre volonté aujourd’hui d’équiper le territoire wallon en bornes de rechargement ? Comment allez-vous déterminer leur emplacement ? Comment se fera le financement de ces bornes ?

Je vous remercie, Monsieur le Ministre.

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO 

 

Madame la Députée, dans le cadre de la note que vous citez, il est également prévu de favoriser et accélérer le déploiement des infrastructures tant électriques, sous forme de bornes, que gazières, pour les pompes de rechargement CNG ou LNG.

Pour cela, mes services ont reçu instruction de préparer un appel à projets qui est en cours. Définir cet appel et la forme qu'il peut prendre nécessite du temps vu la technicité du sujet, de la maturité différente des acteurs du secteur et des spécificités territoriales de notre Région.

À ce stade, les outils de promotion ne sont pas encore définis. Cependant, je souhaite que le volet information soit très développé pour exposer en détail tant les avantages que les inconvénients de ces technologies innovantes.

Un avantage non négligeable de ces technologies par rapport au fossile est la possibilité de recharger son véhicule chez soi. Je dirais même que, dans la pratique, pour en être un utilisateur au quotidien, les deux endroits où vraiment on peut aujourd’hui recharger sans être pénalisé, c’est soit chez soi la nuit, soit sur son lieu de travail. S’arrêter en cours de journée pour recharger de l’électrique, alors qu’il faut un temps de rechargement d’une, deux ou trois heures, cela reste théorique ou du dépannage. L’essentiel de la capacité de chargement doit être à domicile et sur les lieux de travail, à domicile dans certaines régions, cela pose des problèmes. Pour la ruralité, si vous avez dans une même rue 10 personnes qui se rechargent le soir à l'heure de pointe d'utilisation de l'énergie électrique par les ménages, cela peut parfois poser des soucis. Cette réflexion est également en cours.

Cette possibilité de développer le rechargement à domicile et également sur le lieu de travail permet de pallier partiellement les besoins dans le délai nécessaire à la structuration d'un réseau de rechargement rapide, puisque l'on évoque le fait que – les gens de Tesla me disaient cela il y a quelques jours – le temps de recharge va fortement diminuer dans les années à venir. En un quart d'heure, on parviendra à avoir plus de 100 kilomètres d'autonomie. Aujourd'hui, pour avoir 100 kilomètres, il faut presque une heure, sauf les super chargeurs rapides, mais qui sont relativement peu disponibles sur le territoire. Un seul en Wallonie à Nivelles.


Réplique de la Députée V. SALVI

 

Comme vous l'avez souligné, Monsieur le Ministre, c'est clair qu'il y a une volonté d'aller vers ces voitures électriques, mais, aujourd'hui, le vrai problème, c'est que pratiquement – je vois que Mme Waroux opine du chef, puisqu'elle est aussi parfois confrontée à ce type de problème – vous l'avez souligné vous-même, il y a très peu de zones, d'endroits où le rechargement est possible et c'est vrai qu'à l'heure actuelle, la technologie ne permet pas encore un rechargement rapide.

Je ne vous cache pas que, sur le terrain, il y a aussi des entreprises qui ont envie d'aller vers une modification complète de leur flotte, mais que, sans capacité de rechargement, ils se disent que ce n'est pas encore le moment. On se réoriente vers les voitures plus classiques.

La question sera aussi, me semble-t-il, de voir de quelle manière on pourra favoriser, inciter les entreprises aussi à installer – puisque vous parlez du lieu de travail – sur le lieu de travail ces fameuses bornes pour permettre la transition vers les véhicules électriques.

On sera extrêmement attentifs à l'appel à projets et au type d'information – vous l'avez souligné vous-même – il faudra que cette information soit la plus précise possible pour inciter les utilisateurs, qu'ils soient privés ou publics, à se diriger vers ce style de véhicule à l'avenir.

Je pense qu'il faudra encore être un peu patient pour voir cette transformation s'opérer sur le terrain.

 


 

Actions sur le document