Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les conséquences pour le monde rural de la diminution de boites aux lettres Bpost

Les conséquences pour le monde rural de la diminution de boites aux lettres Bpost

05 décembre 2018 | Question orale de J. ARENS au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

 

En juillet dernier, j’avais déjà pu vous interpeller sur l’impact pour nos zones rurales de la volonté de la direction de Bpost, confirmée ces derniers jours, de supprimer 3.000 boîtes aux lettres rouges sur les 13.000 existantes, soit 23% de moins d’ici le mois de mars prochain.

La société justifie cette décision par la diminution de 60% du nombre de courriers postaux constatée ces dernières années. Elle indique qu’un quart des boîtes aux lettres rouges reçoit moins de 6 lettres par jour.

Bpost se retranche derrière les obligations de son contrat de gestion qui lui impose au moins une boîte aux lettres rouge dans un rayon de 500 mètres en zone urbaine et de 1,5 km en zone rurale. Mais l’on perçoit bien que les zones rurales seront une nouvelle fois les plus touchées par cette mesure puisque le facteur déterminant sera le taux de fréquentation de ces boites.

Monsieur le Ministre :


- Lors de ma précédente interpellation, vous aviez indiqué toute votre attention à ce dossier. Avez-vous interpellé la direction de Bpost et le gouvernement fédéral suite à cette annonce ?
- Des garanties ont-elles été formulées sur la non-discrimination des zones rurales ?
- Bpost soumettra-il une cartographie préalable afin que nous puissions nous assurer que les zones rurales ne seront pas discriminées ?

Je remercie, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre R. COLLIN 

 

Monsieur le Député, en juillet dernier effectivement, nous en avons déjà parlé, vous savez que je partage vos préoccupations quant à la nécessité de défendre les intérêts des zones rurales, quant à l’accès à tous les services publics en général et au service postal en particulier. Je ne reviens pas ici sur l’action déterminée et couronnée de succès, lorsqu’il s’est agi, début de cette année, d’obtenir au Parlement fédéral un amendement au projet de loi postale, qui a garanti la non-discrimination selon des critères géographiques, tant en matière de fréquence de distribution que de densité du réseau de boîtes.

J’ai, comme vous, pris connaissance, dernièrement, par la presse, de la confirmation par son CEO, M. Van Gerven, des intentions de Bpost de réduire son réseau de boîtes aux lettres, dites boîtes rouges, d’un nombre pouvant atteindre les 3 000 unités sur 14 000 à l’horizon de mars 2019.

La nouvelle loi postale prévoit que le principe de non-discrimination s’impose sans restriction au titulaire du contrat de gestion et s’applique à toute évolution et réforme envisagée dans l’organisation du service postal. Cela vaut donc aussi, en particulier, pour le projet dont il est question ici. Je rappelle également que, dans le cadre de mon action pour la loi postale, j’avais rencontré le CEO de Bpost en compagnie du ministreprésident et obtenu de sa part toute garantie quant au respect de cette règle de non-discrimination.

À ce stade, nous n’avons qu’une annonce synthétique, avec un délai de cinq mois et un ordre de grandeur de 3 000, sans aucune autre précision sur les critères de répartition et la cartographie des suppressions envisagées. Rien qui permette d’étayer la thèse selon laquelle les zones rurales seraient une nouvelle fois les plus touchées.

Pour ma part, je ne vois pas pourquoi le critère en effet relevant du taux de fréquentation des boîtes devrait opérer en défaveur des zones rurales, puisqu’il est calculé sur la base de la population desservie.

Rassurez-vous, nous veillons au grain.

Selon les premières informations que j’ai collectées, la réduction du nombre de boîtes risque d’ailleurs de toucher davantage certaines zones urbaines, où les redondances sont plus fréquentes bien sûr que les zones rurales.

Je sais aussi que le ministre fédéral des Entreprises publiques fait l’objet, à ce propos, de plusieurs interpellations, portant notamment sur la question des zones rurales, auxquelles sa réponse est attendue la semaine prochaine.

Je suis cette affaire avec vigilance permanente et je serai très attentif au contenu de ses réponses. En fonction du contenu de celles-ci et des craintes qu’elles pourraient laisser subsister, nous réinterviendrions bien entendu immédiatement de façon à garantir le respect des intérêts des zones rurales wallonnes dans ce dossier, comme dans d’autres, Monsieur le Député rural.

 

Réplique du Député J. ARENS 

 

Merci, Monsieur le Ministre paysan. 

 

Réponse du Ministre R. COLLIN 

 

Cela m’honore. 

 

Réplique du Député J. ARENS 

 

Sachez que cinq mois, cela me semble court. Quand on dit cinq mois, on y est demain. C’est à quelques semaines des élections régionales, fédérales et européennes.

Trois mille, c’est beaucoup, cela représente 23 % des 14 000.

Je vous demande vraiment de tout mettre en œuvre pour que le milieu rural puisse conserver ces boîtes rouges et que finalement le critère retenu par Bpost ne soit pas celui qui inévitablement, peut-être sans vraie discrimination, éliminera les dernières boîtes aux lettres de nos campagnes.

 

Réponse du Président 

 

Merci, Monsieur le Député, pour votre intervention, surtout en ces jours veilles de SaintNicolas où les petits enfants vont poser leur lettre. 

Actions sur le document