Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les partenariats de Wallonia Space Logistics

Les partenariats de Wallonia Space Logistics

21 mars 2017 | Question orale de Marie-Dominique SIMONET au Ministre MARCOURT - Réponse disponible

 Monsieur le Ministre,

 

Je vous interrogeais il y a d’ici bientôt deux ans sur le partenariat fraichement conclu entre l’incubateur Wallonia Space Logistics et le géant industriel multinational ENGIE.
Concrètement, tel que vous me le confirmiez à l’époque, un partenariat avait été signé entre les deux parties qui comprenait deux volets :


- D’une part, WSL prendrait en charge les projets créatifs d’ENGIE, dans son rôle « habituel » d’incubateur ;
- D’autre part, les start-ups et spin-offs incubées par WSL allaient pouvoir avoir accès au fonds d’investissement d’ENGIE et à son expertise industrielle.
Cette collaboration – une première en Belgique – avait pour objectif de pouvoir faire émerger annuellement deux projets créatifs d’ENGIE et de faire bénéficier trois à quatre start-ups ou spinoffs de WSL du soutien d’ENGIE.

Monsieur le Ministre, à l’époque, comme précisé à l’époque, nous ne pouvons que nous réjouir de toute collaboration innovante entre un incubateur spécialisé et un grand groupe industriel. La mise en contact et la création de synergies est toujours bénéfique.
J’aurais aimé faire le point à ce sujet. Qu’en est-il de ce partenariat mis en place ? Quel bilan pouvons-nous en tirer après bientôt deux ans ? Les objectifs sont-ils atteints ? Peut-on être satisfaits des retombées engrangées ?

Dans la négative, comment l’expliquer ?
Par ailleurs, on sait qu’à l’époque, WSL était également en discussion avec plusieurs autres grands groupes industriels installés en Wallonie pour dupliquer ce type de partenariat.
D’autres partenariats ont-ils été conclus ? Le cas échéant, quelles sont les entreprises concernées ? Quelles sont les modalités de ces autres partenariats ? Quelles retombées ont-ils ?

D’avance merci pour vos réponses.

 

Réponse du Ministre JC MARCOURT 

 

Madame la Députée, WSL a pour mission de soutenir le développement de jeunes entreprises innovantes en
offrant un service pour la maturation et le développement industriel de leurs projets dans les domaines liés aux sciences de l'ingénieur.

L'objectif de WSL dans le cadre du partenariat avec ENGIE est identique. Ce partenariat a été signé le 27 octobre 2014. Il repose sur le concept de corporate incubation qui permet :
- pour les start-up d'être mises en relation avec une grande entreprise afin de pouvoir conclure, le cas échéant, un partenariat ;
- pour la grande entreprise : d'assister et d'accompagner la création de starts-up développant des technologiques qui l'intéresse. En effet, dans beaucoup de domaines, les vraies innovations de rupture viennent aujourd'hui le
plus souvent de petites équipes dynamiques et agiles plutôt que de laboratoires R&D de grandes entreprises. J'en profite pour rappeler que les innovations de rupture financées dans le cadre de la politique des pôles sont plus que
majoritairement portées par les PME.

Le concept de corporate incubation permet dès lors une véritable relation win-win entre grandes entreprises et start-up. Les grandes entreprises donnent accès à leur réseau commercial, leur fonds d'investissement et/ou
leurs références et obtiennent, en retour, une vision sur la dynamique de leur secteur tout en ayant la possibilité
de pouvoir intégrer en leur sein des solutions originales développées au sein de start-up partenaires.

WSL a été précurseur du concept de corporate incubation. Celui-ci a été présenté au congrès mondial NBIA 2014, aux États-Unis. Aujourd'hui, ce concept est considéré dans le monde entier comme un outil stratégique des grandes entreprises et des incubateurs technologiques.

Après la signature de la convention, ENGIE a dû faire face à une diminution importante de ses parts de marché, et cela n'a pas mené à la mise sur pied d'une réelle collaboration pour au moins deux raisons :
– le centre de décisions d'ENGIE est à Paris, ce qui ne facilite pas toujours la prise de décision rapide ;
– l'entreprise cherche des produits sur étagères, sans s'investir elle-même dans le processus de R&D.

Entretemps, le concept de corporate incubation a été présenté à plusieurs entreprises wallonnes d'importance,
généralement membres des pôles de compétitivité : CMI, FN ou encore, pour ne citer que ces exemples, la
SONACA. Ces entreprises disposent d'un pourvoir de décision et sont déjà impliquées dans un processus d'innovation. Elles ont chacune des demandes et besoins distincts.

Sans rentrer dans des détails confidentiels, je peux confirmer que :
- WSL leur présente régulièrement, entre huit et neuf start-up cosélectionnées dans leurs métiers ;
- elles s'y intéressent en ouvrant leurs réseaux commerciaux et/ou en investissant dans le capital de la start-up. Une grande entreprise vient récemment d'investir activement dans une start-up liée au traitement des fluides, et lui a confié des commandes qui représentent une augmentation de 50 % de son chiffre d'affaires. Un autre modèle mis en place est la mise à disposition des ingénieurs de la grande entreprise pour accélérer le développement dans des conditions industrielles ;
- ces grandes entreprises cherchent à créer, avec le support de WSL, des incubateurs internes à l'entreprise pour la création de leurs produits de demain.

Un autre modèle a été mis en place par WESTINGHOUSE qui a lancé dans ses propres installations un accélérateur d'innovation dénommé WeLink. La localisation en Wallonie de l'accélérateur du groupe WESTINGHOUSE a été rendue possible par la présentation et la mise en avant par les opérateurs de l'important écosystème d'innovation wallon.


Réplique de la Députée M.-D. SIMONET

 

Je remercie M. le Ministre pour sa réponse et pour la volonté de diversification de poursuivre le modèle avec d'autres partenaires si INJ est mis un peu en attente. Espérons que cela redémarre, mais en tout cette diversification telle que vous l'avez évoquée me semble tout à fait intéressante.
 

Actions sur le document