Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens

10 juillet 2017 │ Question orale de V. WAROUX au Ministre DI ANTONIO

 

Monsieur le Ministre,


Mardi dernier, la Commission européenne s’accordait, avec plusieurs années de retard, sur un texte visant à définir les perturbateurs endocriniens. Les perturbateurs endocriniens font partie de notre quotidien et sont présents dans un grand nombre de produits, plastiques, cosmétiques etc. Ils peuvent avoir des conséquences importantes en termes notamment de santé.


Il s’agit d’une problématique à laquelle nous restons extrêmement attentifs puisque nous avons déposé une proposition de résolution visant à interdire ces perturbateurs et nous reviendront dès la rentrée sur celle-ci.
Plusieurs réunions avaient été organisées préalablement entre les Etats-membres pour parvenir à un consensus sur les critères à arrêter. Différentes ONG et associations s’opposaient alors au projet (IEW, Test-Achats etc), tout comme la communauté scientifique. Ce qui poserait problème seraient les dérogations et le fait que les substances pour lesquelles il existe simplement une suspicion ne sont pas incluses.
De ce que nous avons pu lire et selon la Commission, les critères définis permettent d’identifier les PE « avérés et présumés », et « précisent que l’identification de ces substances devra être faite en tenant compte de toutes les preuves scientifiques pertinentes, dont les études sur les animaux, et en utilisant une approche basée sur les preuves ».


Monsieur le Ministre, quelle est la position officielle qui a été défendue par la Belgique lors de ce vote ? Les Régions ont-elles été impliquées dans la définition de cette position ainsi que dans les réunions préalables au vote organisées par la Commission européenne ? Que contient exactement ce texte européen et quelles sont, selon vous, ses forces et ses faiblesses ? Qu’est-ce que ce texte implique concrètement et quelles sont les prochaines étapes ? Enfin, pour ce qui est de vos compétences et de votre champ d’action, quelle est votre volonté en matière d’interdiction de ces perturbateurs dans notre région ? Comment cette thématique s’articulera-t-elle dans le Plan wallon Environnement-Santé ?
Plus que jamais, j’insiste sur l’urgence qu’il y a à prendre des mesures ambitieuses et concrètes dans le but de préserver l’environnement et la santé de tous !

Je vous remercie, Monsieur le Ministre.

 

Actions sur le document