Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les propos de la directrice générale de Thalys sur le Thalys wallon

Les propos de la directrice générale de Thalys sur le Thalys wallon

7 juin 2016│Question orale de V.SALVI au Ministre PREVOT - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

Un quotidien francophone a récemment publié une longue interview de Mme Agnès Ogier, Directrice générale de la société Thalys. Elle y est notamment interrogée sur la perspective d’une remise en service du Thalys wallon. Les propos qu’elle tient à ce sujet ne sont pas d’une clarté totalement limpide, et nous semblent devoir être décodés et commentés.


Que dit-elle en substance ? « Ces trains n’étaient pas très remplis. Mon point de vue est que ce ne sont pas les trains les plus favorables ».


Le propos le plus remarqué a trait au matériel. Depuis l’arrêt des Thalys wallon et flamand, explique-t-elle, les rames qui désservaient cette liaison ont été affectées à d’autres lignes, notamment pour augmenter la fréquence entre Bruxelles et Amsterdam. Il n’y a donc plus de rames disponibles pour relancer le Thalys wallon, sauf à devoir en louer, ce qui serait coûteux !


Quand au principe-même de la remise en service, elle reconnaît avoir des « demandes politiques en ce sens », mais déclare qu’ « il faut plutôt poser la question aux autorités belges ». Cela laisse penser qu’elle a évidemment eu vent des nombreuses interventions réclamant le retour du Thalys wallon, notamment la résolution votée à notre initiative, mais n’est saisie d’aucune demande officielle ni offre de contribution du gouvernement fédéral.

- quelles réflexions ces propos vous inspirent-ils ?
- trouvez-vous acceptable que la réaffectation des rames du Thalys wallon depuis sa mise à l’arrêt, en l’espèce sur la liaison Bruxelles-Amsterdam, puisse apparaître aujourd’hui comme un surcoût de nature à compromettre sa remise en service ?
- N’incombe-t-il pas au fédéral de prévoir le financement nécessaire, le transport intérieur sur cette ligne internationale étant une mission de service public selon le contrat de gestion ?

Je vous remercie pour vos réponses.

 

Réponse du Ministre M. PREVOT 
 

Madame la Députée, je crains, hélas, que, nonobstant l'intérêt de votre question, il n'y ait pas grand-chose de neuf à se mettre sous la dent.

Le Parlement et le Gouvernement wallon n'ont eu de cesse, depuis plusieurs mois déjà, de réclamer au Fédéral la remise en route du Thalys sur la dorsale wallonne. Cette demande se fonde sur divers arguments
dont je vais vous faire l'économie mais il y a notamment le fait que cette desserte relève, encore et toujours, des
missions de service public.

De plus, elle offre une véritable opportunité de déplacement dans de bonnes conditions, avec des taux d'occupation que l'on peut juger corrects. S'il fallait au motif que la ligne n'est pas rentable, la supprimer, je pense qu'il n'y a plus un bus qui circulerait dans toute la Wallonie. C'est juste une question de curseur à placer par rapport à ce que l'on considère être ou non une mission de service public.

Jusqu'à ce jour, le Fédéral s'est montré sourd aux demandes raisonnables qui avaient été formulées et a même supprimé le budget qui, jusque-là, était spécifiquement consacré au soutien indispensable à la mission de service public que doit rencontrer le Thalys wallon.

Le Gouvernement wallon, sur ma proposition, vient de transmettre à nouveau au ministre fédéral de la Mobilité ses revendications en matière de plan de transport et la remise en route du Thalys wallon y figure en bonne place, car les arguments invoqués pour tenter de justifier sa suppression ne nous ont jamais convaincus. Je dois bien reconnaître que seule la directrice générale à laquelle vous faites référence, encore moins.

Les discussions en Comité exécutif des ministres de la mobilité, à propos du plan de transport, débuteront dans les prochains jours. Ce n'est pas plus tard que vendredi d'ailleurs. Le Thalys wallon sera, une nouvelle fois, remis sur la table, soyez-en convaincue.
 

Réplique de la Députée V. SALVI

 

Je remercie M. le Ministre. On ne va pas revenir sur tout ce que l'on a déjà échangé, que ce soit en commission, en séance, sur ce dossier. Il est pour nous et de façon unanime ou presque, me semble-t-il, que les discussions puissent se rouvrir avec le niveau fédéral. Je note bien que des discussions devront avoir lieu dès ce vendredi.

Je vous invite, comme d'autres collègues que j'associe dans cette intervention, à continuer à défendre la mobilité des navetteurs, en Wallonie, l'importance de cette voie sur la dorsale wallonne.

Tout comme vous, j'ai vraiment des difficultés à comprendre et entendre les expressions récurrentes, que ce soit au niveau du Fédéral ou que ce soit dans la bouche même de la directrice générale de la société Thalys.
 

 

Actions sur le document