Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales Les répercussions de la création d’une Agence spatiale interfédérale de Belgique sur les entreprises wallonnes

Les répercussions de la création d’une Agence spatiale interfédérale de Belgique sur les entreprises wallonnes

3 juillet 2018 | Question orale de M.-D. SIMONET au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Fin 2016 et début 2017, nous avions débattu à propos des répercussions sur les entreprises wallonnes de la création de l’Agence spatiale interfédérale de Belgique.


Comme l’indiquait votre prédécesseur, en Wallonie, ce sont près de 40 entreprises, près de 50 départements universitaires et Centres de Recherche, dont le centre spatial de Liège, qui sont actifs dans le secteur spatial et qui participent avec succès aux appels d’offres de l’ESA. Au total, cela représente 1.600 personnes qui travaillent directement dans le secteur spatial en Wallonie, en majorité des emplois high tech, pour un chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros, quasiment totalement à l’exportation.


Si l’on considère l’ensemble des entreprises membres de l’EWA (entreprises wallonnes de l’Aéronautique), celles-ci pèsent quelques 5.000 emplois directs (+2.000 emplois indirects) et près d’un milliard d'euros de chiffre d'affaires cumulé, dont une part proche de 90% à l'exportation.


Bien que je ne dispose pas à ce stade de statistiques précises, il semble que la majeure partie de la valeur ajoutée du secteur au niveau belge soit réalisée en Wallonie. De ce fait, les entreprises wallonnes bénéficient naturellement davantage des fonds issus de la participation aux programmes de l’Agence spatiale européenne (ESA).


Or, la répartition des fonds provenant de l’ESA tels qu’ils étaient discutés à l’époque faisait était d’une clé de répartition 56%-34%-10%, respectivement pour la Flandre, la Wallonie et Bruxelles. Cette clé serait naturellement pénalisante pour la Wallonie et les entreprises wallonnes, qui bénéficieraient moins de fonds.
- Où en est le dossier de la création de l’Agence ?
- Quelles sont les revendications de nos entreprises du secteur de l’aéronautique à ce sujet ?

Je vous remercie d’avance.

 

Réponse du Ministre JEHOLET 

 

Madame la Députée, concernant la création de l'agence, je ne vais pas vous mentir, je peux vous confirmer qu'au niveau fédéral, à ma connaissance, le dossier ne semble pas avoir avancé.

Il est en effet évident qu'en ce domaine la Région wallonne dispose d'un tissu industriel bien plus développé que la Flandre, soutenu par nos pôles de compétitivité Skywin.

Les retombées en Wallonie dans ce domaine sont prépondérantes au regard des retombées globales belges.

Je n'ai pas été informé de la clé de répartition appliquée par le passé à laquelle vous faites référence. Je suis conscient de l'importance de valoriser au mieux notre formidable potentiel économique et scientifique en la matière. J'y suis même très sensible, mais, à ce jour, je n'ai pas été contacté par la secrétaire d’État pour entamer des discussions.

Le dossier stagne au niveau fédéral. Cela ne signifie pas qu'au niveau wallon rien n'a bougé. En effet, plusieurs réunions se sont déroulées entre mon équipe et les acteurs du secteur. J'ai pu en retirer le constat suivant : il existe actuellement des carences dans l'organisation du secteur au niveau régional wallon, notamment dû à la multiplicité des acteurs, dont les rôles des uns et des autres ne sont pas toujours très bien identifiés.

Étant personnellement très attentif aux intérêts des acteurs industriels et de recherche wallons, et d'autant plus conscient des défis et évolutions du secteur à venir – qu'elles soient institutionnelles, au niveau fédéral ou européen, ou technologiques, avec l'émergence du NewSpace, par exemple – je vous annonce que je souhaite réviser l'organisation du secteur en rassemblant tous les métiers, qu'ils soient acteurs financiers, industriels, d'animation ou de recherche.

En parallèle, afin d'identifier au plus tôt les revendications de nos entreprises du secteur spatial, j'ai chargé le pôle de compétitivité Skywin d'établir un cahier de revendications wallon qui serait finalisé au plus tard pour la rentrée de septembre.

Voilà, Madame la Députée, ce que je peux vous dire à ce jour.

 

Réplique de la Députée M.-D. SIMONET

 

Je remercie M. le Ministre pour sa réponse.

En ce qui concerne la clé de répartition, ce n'était pas la clé passée, mais c'était une clé future dont il était question. C'est pour cela aussi que je voulais faire le point avec vous.

Je vois que vous avez pris ce dossier, au niveau wallon, dans vos compétences pour encore dynamiser ce secteur, qui est d'ailleurs un de nos fleurons.

C'était aussi pour attirer votre attention sur des clés potentielles futures qui seraient dramatiques, mais je ne doute pas que vous serez attentif, d'autant plus que le secteur va vous rendre un rapport et qu'il sera bien entendu vigilant. 

 

Actions sur le document