Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L'évolution du dossier relatif à la Cité des métiers de Liège

L'évolution du dossier relatif à la Cité des métiers de Liège

23 janvier 2018 | Question orale de M.-D. SIMONET au Ministre JEHOLET - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Le projet de la Cité des métiers à Liège est très porteur et très attendu et je souhaite réaffirmer mon souhait de le voir aboutir.


Néanmoins, nous discutions le 26 octobre dernier des problèmes relevant de sa mise en place. Les défaillances de gestion – dont je vous remercie de nous en avoir fait part – étaient pour le moins interpelantes, en particulier au regard du montant des subsides injectés, à hauteur de 19 millions €. Il faut également souligner les 500.000 € de frais de fonctionnement annuels. Vous nous aviez d’ailleurs indiqué avoir suspendu la subvention 2017.

Une partie des budgets seraient en outre destinés à l’ULg et à un incubateur proche de votre prédécesseur, « La Chaufferie-Acte 1 ». Il serait en effet prévu qu’une partie du bâtiment soit destinée à l’incubateur mentionné et à un centre de formation continuée de l’ULg. Cette justification peut être valable, mais il importe avant tout de faire la clarté dans les subsides alloués, afin que des subsides destinés à un projet spécifique ne soient en réalité versés à d’autres organismes.


Notons que si mes informations sont correctes, l’ouverture était prévue en 2016. A ce stade, la Cité des métiers qui doit s’installer au Van Benoit n’a pas encore vu le jour. Le bâtiment initialement prévu, le « Génie Civil » a été abandonné en raison du coût de ses charges au profit de celui de la « Centrale thermoélectrique », sur le même site.


Par ailleurs, un article du Vif de fin novembre relatait qu’après avoir claqué la porte, l'ULg, le FOREM, l'IFAPME et l'UWE-Liège étaient en train de constituer une autre asbl qui pourrait reprendre les missions de la Cité des métiers ainsi que le label.


Monsieur le Minisitre,


- Avez-vous finalement levé la suspension du subside 2017 de 500.000 € ?
- Comptez-vous soutenir le projet de cette deuxième asbl, au détriment de la première ?
- Que pensent d’autres partenaires de cet éventuel second projet ? En particulier Meusinvest, la CSC et le GRE ?

Je vous remercie d’avance.

 

Réponse du Ministre JEHOLET 

 

Madame la Députée, il y a des héritages en politique qui sont plus lourds que d’autres puisque ce n’est pas uniquement l’héritage de la Cité des métiers de Liège, mais on peut me faire un procès d’intention par rapport à une autre Cité de métiers à Namur où j’essaie simplement, par rapport aux enveloppes qui avaient été prévues, de respecter ce qui avait été initié.

Dossier délicat, on a déjà eu l’occasion d’en parler, par rapport à la Cité des métiers de Liège. Simplement, suite au premier rapport rendu par l'inspection sociale le 5 octobre 2017 et par rapport à cette inspection sociale, je souhaite démontrer aussi que ce n’est pas uniquement moi qui ai voulu la clarté sur ce dossier puisque ma
prédécesseure avait aussi sollicité l’inspection sociale avant la modification et le changement de gouvernement parce qu’elle était aussi interpellée par la situation et les bruits que l’on entendait autour de la Cité des métiers de Liège.

L’ASBL a initié, suite à ce rapport de l’inspection, une procédure légale de rectification. Après analyse des
compléments d'information transmis par l’ASBL, l'inspection sociale a rendu un rapport complémentaire le 21 décembre, dans lequel elle conclut qu'il n'y a pas lieu de modifier le rapport initial. C’est pour bien expliquer que les droits de la défense, en quelque sorte, ont été respectés.

Les dirigeants de l'ASBL Cité des métiers, accompagnés de leur avocat, ont été reçus en mon cabinet en ce début d'année 2018 pour nous faire part des difficultés rencontrées et nous demander de procéder à la liquidation du solde de la subvention 2016.
Vous avez évoqué très justement et très légitimement le problème du personnel, le problème de l’emploi et des
salaires.

Suite à cette entrevue, j'ai directement transmis à l'administration une note verte demandant de procéder à la clôture de l'analyse des frais de fonctionnement 2016 en vue d'une liquidation du solde éventuel de la subvention. Je suis en attente d'une réponse et j’ai vérifié ce matin, elle ne m’est pas encore arrivée, mais ce sera dans les heures qui viennent.

Parallèlement – et peut-être encore plus important –, j'ai sollicité l'avis du service juridique de l'administration quant aux obligations de la Région wallonne eu égard aux frais de fonctionnement encourus par l'ASBL pour l'année 2017 et quant au projet de création d'une nouvelle ASBL porté par plusieurs opérateurs dont le FOREm, puisque, vous le savez, en matière de subventions, des enveloppes ont été engagées, que ce soit la Région wallonne ou le FOREm. C’est donc clair que c’est autour du FOREm et de différents acteurs – vous en avez cité quelques-uns, mais je pensais à l’Université de Liège, la SPI, le GRE – qu’il faut voir comment on peut reconstruire quelque chose.
Mais, moi, je veux m’assurer – vous le comprendrez – que juridiquement on puisse le faire de cette manière, étant donné que des engagements ont déjà été pris, y compris par rapport au bâtiment, par rapport à un auteur
de projets.

Je dois donc évidemment faire toute la lumière par rapport à ces difficultés et juridiquement, voir comment il est possible de repartir d’un meilleur pied. Comme je l’ai dit, je confirme, par rapport aux besoins de formation, d’orientation, que je n’ai pas de problème par rapport à cela ; le tout est de repartir sur d’autres bases puisque, y compris au niveau des bâtiments – vous avez cité l’article du Vif –, manifestement, il y avait parfois un manque de transparence ou de confusion par rapport aussi aux bâtiments à qui ils étaient destinés, et cetera.

L’idée est donc de repartir sur de bonnes bases, que juridiquement j'ai mes apaisements, pour voir ce qu'il était possible d'envisager. Tout devrait donc aller assez vite, au moment où j'ai cette étude et cette note juridique que j'ai demandée à l'administration.

Comme je vous l'avais dit aussi, j'avais demandé à l'université, à la SPI et au FOREm, d'avoir tous les compléments d'information et les engagements qui avaient été pris. Je dispose donc de cela. J'attends maintenant cette note juridique qui, je l'espère, nous permettra d'avancer.


Réplique de la Députée SIMONET

 

Je remercie M. le Ministre. Je comprends entre les lignes – ou vous l'avez quand même dit – que c'est un projet qui vous tient à cœur. Les acteurs le souhaitent, quitte à se réorganiser autrement, ensemble et sur de bonnes bases. Je partage ce point de vue là, que ce sont des projets qui sont importants, mais cadrés.

J'entends aussi que la subvention 2016 n'est toujours pas liquidée. Cela ne peut évidemment pas aider un ASBL. Si une subvention de 2016 n'est pas liquidée, c'est normal que cela génère aussi des difficultés. Il y a peut-être des raisons pour lesquelles elle n'a pas été liquidée – tout se tient –, mais inévitablement, alors, on ne va plus aller bien.

Vous l'avez dit, vous attendez vos derniers apaisements, mais il va falloir aller vite, tant parce que je crois que, selon mes informations il y a une assemblée générale de l'ASBL aujourd'hui pour savoir si l'on met l'ASBL actuelle en liquidation, puisqu'elle est en difficulté. Il y a derrière du personnel, il y a des gens de qualité, qui n'ont pas démérité, qui ont aussi une certaine expertise. En même temps, on ne peut pas tout laisser aller à vau-l'eau.

J'entends que pour le moment vous finalisez le dossier et que très prochainement – on doit le souhaiter et vous le souhaitez aussi – vous allez vous prononcer dans un sens ou dans un autre et permettre le redéploiement de ce dossier sur des bonnes bases, en ayant un œil dessus, j'en suis certaine. Je vous y engage donc, tout en ne perdant pas tous les acquis, parce que tout n'est pas mauvais, mais en remettant sérieusement de l'ordre dans ce dossier.
 

Actions sur le document