Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Clotilde LEAL LOPEZ

Vous êtes ici : Accueil Presse Communiqués Mathilde VANDORPE réclame le maintien du Plan Airbag

Mathilde VANDORPE réclame le maintien du Plan Airbag

Communiqué de presse du 6 janvier 2015 - Mathilde VANDORPE

 Mathilde VANDORPE réclame le maintien du Plan Airbag et demande à la Ministre TILLIEUX une clarification sur les modalités de son évaluation

                                                                   
 
La Ministre de l’Emploi Eliane TILLIEUX a récemment adressé au Forem un courrier demandant d’examiner de manière très stricte les derniers dossiers de demande d’une aide Airbag introduits avant le 31 décembre 2014, et de refuser toutes les nouvelles demandes à partir du premier janvier 2015. Pour Mathilde VANDORPE, si les mesures d’économies sont inévitables, suspendre le plan airbag n’est pas pertinent.
 
Introduit en 2012 par l’ancien Ministre de l’emploi, le plan Airbag est un des rares dispositifs de soutien à la création d’emplois indépendants. « La Wallonie a besoin de candidats entrepreneurs prêts à lancer leur propre affaire », a rappelé Mathilde VANDORPE. La création d’emplois indépendants représente en effet un élément central du redressement de l’économie wallonne. « Un nouvel indépendant qui créée son propre emploi est potentiellement le patron d’une PME, d’une grande entreprise, et pourquoi pas d’une multinationale » a développé la Députée.
 
Face aux deux raisons qui sont avancées pour justifier la suspension du plan – peu de succès et contraintes budgétaires – Mathilde VANDORPE réplique : « Il n’a été lancé qu’en 2012. Ce n’est pas suffisant pour entrer dans les habitudes et être convenablement promu ». Quant à l’argument du coût, « on ne saurait le lui reprocher : cette économie est dérisoire en regard de ce que couterait sa suppression ». Le plan Airbag permet en effet un accroissement de l’emploi ainsi que la création d’emplois supplémentaires lorsque l’activité est stabilisée.
 
La Ministre TILLIEUX a quant à elle déclaré que le plan Airbag ne sera pas supprimé, mais suspendu le temps de son évaluation, « dans un souci de simplification et de complémentarité avec les autres dispositifs d’aide à la création d’emploi existants ». Elle précise que « le Forem continuera à instruire les dossiers tout en précisant aux demandeurs qu’aucune aide ne sera liquidée avant la fin de l’évaluation ».
 
Si les partenaires de la majorité étaient ouverts à l’idée d’une évaluation, il n’était pourtant pas question d’un moratoire. André ANTOINE avait d’ailleurs déclaré, le 26 décembre dernier, que « l’accord de gouvernement conclu en juillet prévoyait que le Plan Airbag serait confirmé. C’est une décision contraire à l’accord politique, au budget mais aussi au Plan Marshall et à la cohérence de ce gouvernement ». Maxime PREVOT s’est lui aussi dit « étonné d’apprendre une telle décision ».
 
Éliane TILLIEUX a pourtant insisté sur sa volonté de « pérenniser le plan Airbag ». Pour Mathilde VANDORPE, la communication est chaotique, notamment sur le site du Forem qui stipule que « faute de crédits budgétaires, les dossiers réceptionnés à partir du 1er janvier 2015 ne pourront être traités en 2015, cette année de transition étant consacrée à l’évaluation du dispositif ». Une clarification est dès lors indispensable afin d’éviter de décourager les jeunes entrepreneurs. 
Actions sur le document