Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Presse Communiqués Pas question de sacrifier l’agriculture wallonne pour le Brexit !

Pas question de sacrifier l’agriculture wallonne pour le Brexit !

Communiqué de presse du 19 décembre 2017 - Dimitri FOURNY

Pour le Ministre wallon de l’Agriculture, René COLLIN, et le chef de groupe cdH au Parlement wallon, Dimitri FOURNY, les informations concernant l’impact du BREXIT sur l’agriculture, diffusées ce mardi 19 décembre dans le journal LE SOIR, constituent un véritable séisme pour l’agriculture wallonne si ce scénario devait se confirmer.
 
Concrètement, il apparait que la Belgique pourrait perdre entre 363 millions € et 1 milliards € d’aide pour l’agriculture suite à la réduction des budgets européens liés à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.
 
Or, ce n’est pas en sabrant dans les budgets que l’on assurera un avenir à l’agriculture et essentiellement à l’élevage.  La Politique Agricole Commune concerne directement 22 millions d’agriculteurs, 44 millions d’emplois issus des industries liées à la transformation, le commerce et les services des produits alimentaires et, les 500 millions de citoyens européens qui doivent se sentir concernés par cet enjeu de société.
 
Le Ministre a pris connaissance de certaines analyses diligentées dans les services de la Commission européenne afin de préparer le futur « cadre financier pluriannuel » de l’Europe pour 2021-2029. Si toutes les politiques européennes sont évidemment concernées par ces travaux de perspective budgétaire, l’agriculture, au cœur d’une crise sans précédent, se sent immédiatement interpellée puisqu’une nouvelle Politique Agricole Commune doit être décidée pour l’après 2020.   
 
Le Ministre COLLIN a déjà réagi après la communication, le 29 novembre dernier, du Commissaire européen à l’Agriculture sur les axes de la prochaine réforme de la PAC, en stigmatisant l’absence de garanties d’un cadre financier ambitieux. Lors des réunions ministérielles qui ont évoqué l’avenir de la PAC, la Belgique, à l’initiative de la Wallonie, a chaque fois plaidé  pour le maintien d’un budget conséquent afin de faire face aux nombreux défis de l’Europe agricole. 
 
Les scénarii analysés dans certaines notes internes à la Commission européenne évoquent un statu quo, ou une réduction de 15% et même de 30% du budget agricole. 
 
Pour René COLLIN et Dimitri FOURNY, ces dernières options seraient totalement irréalistes et surtout irresponsables. Ils demandent, à tout le moins :
- le maintien du montant du budget PAC global avec compensation sur fonds propres UE des pertes liées au Brexit, de façon à disposer des moyens nécessaires à l’atteinte du triple objectif suivant : assurer aux agriculteurs actifs les revenus nécessaires à la rentabilité de leur exploitation, mettre en place une politique efficace de gestion des crises, assurer de façon suffisante le financement des services sociétaux, climatiques et environnementaux attendus par l’Europe de ses agriculteurs ;
- le maintien voire l’augmentation de l’enveloppe actuelle allouée à la Belgique/Wallonie au titre de la PAC. Ce maintien s’entend en euros constants (maintien du niveau réel de l’aide) ;
- la cohérence de la PAC avec les autres politiques européennes, en particulier la politique commerciale, et la prise en compte, à travers le budget PAC, de la situation très critique de certains secteurs agricoles, en particulier l’élevage. 
 
Le Ministre René COLLIN et Dimitri FOURNY en appellent à la mobilisation des responsables politiques belges, et en particulier le Gouvernement fédéral, pour que la Belgique fasse entendre une voix forte afin de préserver l’agriculture dans les futurs budgets européens. Ils refusent le sacrifice de l’agriculture wallonne sur l’autel du Brexit !
 
Actions sur le document